Actualisé 10.07.2018 à 06:02

RencontreLe sommet de l'OTAN s'ouvre sur des craintes

Les dirigeants des pays membres de l'OTAN appréhendent leur sommet avec le président américain Donald Trump, mercredi et jeudi à Bruxelles.

1 / 150
Le Pentagone a accepté une rallonge pour le mur voulu par le président américain à la frontière avec le Mexique. (Jeudi 13 février 2020)

Le Pentagone a accepté une rallonge pour le mur voulu par le président américain à la frontière avec le Mexique. (Jeudi 13 février 2020)

Keystone
Le républicain Mitt Romney a voté en faveur de la destitution du président américain, mais Donald Trump a été acquitté des accusations à son encontre. (Jeudi 6 février 2020)

Le républicain Mitt Romney a voté en faveur de la destitution du président américain, mais Donald Trump a été acquitté des accusations à son encontre. (Jeudi 6 février 2020)

Keystone
Le président américain Donald Trump a effectué une visite surprise aux troupes basées en Afghanistan. (Jeudi 28 novembre 2019)

Le président américain Donald Trump a effectué une visite surprise aux troupes basées en Afghanistan. (Jeudi 28 novembre 2019)

AFP

Les dirigeants des pays membres de l'OTAN s'attendent à être mis sous pression, sinon rudoyés, par un chef d'Etat américain vindicatif, exigeant le partage du fardeau financier. Les Européens craignent même que Donald Trump ne cherche à les diviser, par de possibles concessions à la Russie juste avant sa rencontre historique avec le président russe Vladimir Poutine, le 16 juillet à Helsinki, selon plusieurs analystes.

«Les Etats-Unis dépensent bien plus pour l'OTAN que n'importe quel autre pays. Ce n'est pas juste, ni acceptable», a déjà prévenu Donald Trump lundi sur Twitter. «Bien que ces pays aient augmenté leurs contributions depuis que je suis devenu président, ils doivent en faire davantage», a-t-il poursuivi.

Déçue de l'échec du récent G7, la France espère que le sommet de l'OTAN «montrera l'unité des alliés» et que «tous les partenaires fassent les efforts auxquels ils se sont engagés», a déclaré lundi l'Elysée. Mais «notre crainte, c'est que cela ne soit pas atteint», poursuit-on de même source.

Courrier comminatoire

À la fin juin, Donald Trump a adressé un courrier comminatoire à neuf membres de l'OTAN, dont l'Allemagne, le Canada et la Norvège, pour les sommer de respecter leur engagement de porter leurs dépenses militaires à 2% de leur PIB en 2024.

Le partage des dépenses sera un des principaux thèmes du sommet, a confirmé le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, lui-même norvégien. «L'Allemagne est à 1% (de son PIB), les Etats-Unis sont à 4%, et l'OTAN bénéficie bien davantage à l'Europe qu'aux Etats-Unis. Selon certains, les Etats-Unis payent 90% de l'OTAN, alors que de nombreux pays sont loin des 2% (de leur PIB) qu'ils se sont engagés à verser, a encore dénoncé le président américain lundi.

Au sommet de l'an dernier, Donald Trump avait déjà reproché à ses alliés de devoir d'»énormes sommes d'argent« à l'OTAN.

«Un sommet pénible»

»Ce sommet va être pénible«, prédit un diplomate européen sous le couvert de l'anonymat. »Sa réussite dépendra de l'humeur de Donald Trump«, précise un responsable de l'alliance militaire.

»Avec la présidence Trump, une forme d'incertitude profonde saisit l'ensemble des acteurs européens«, souligne l'eurodéputé français Arnaud Danjean, un spécialiste des questions de défense.

»Il ne s'agit pas seulement de doutes sur la fiabilité des engagements américains au sein de l'alliance, mais également des orientations d'une politique étrangère américaine erratique, pouvant, par isolationnisme comme par aventurisme, heurter plus ou moins directement les intérêts de sécurité européens«, analyse-t-il.

En outre, pour Pierre Vimont, un ancien numéro deux de la diplomatie européenne, la première grande rencontre bilatérale Trump-Poutine, quelques jours plus tard, est »beaucoup plus importante« pour le président américain que le sommet de l'OTAN.

»Il va vouloir obtenir quelque chose de sa rencontre avec le président russe, une percée sur le dossier ukrainien, bloqué malgré les efforts déployés par la France et l'Allemagne«, estime le diplomate français, chercheur associé au centre de réflexion Carnegie Europe.

Hantise de la division

En restant récemment évasif sur la question de la Crimée, annexée par la Russie en 2014, Donald Trump »a envoyé un message à M. Poutine«, relève Thomas Carothers, vice-président de la fondation Carnegie.

»L'objectif de Vladimir Poutine est la division entre les Etats-Unis et les Européens et les divisions entre les Européens. Il va se délecter pendant le sommet de l'OTAN«, pronostique cet expert américain.

L'étalage des divisions est la hantise de Jens Stoltenberg. Le chef de l'OTAN ne peut nier les sérieuses divergences opposant les Etats-Unis aux autres membres de l'alliance. Mais il veut croire qu'elles seront tues pendant le sommet.

Pourtant, l'imprévisibilité du président américain alimente toutes les hypothèses. »Il pourrait faire annuler l'exercice 'Trident Juncture', prévu pour l'automne en Norvège et annoncé comme le plus important jamais réalisé par l'OTAN depuis la fin de la guerre froide au motif que cela pourrait être considéré comme une menace par la Russie et que cela va coûter très cher aux contribuables américains", raisonne ainsi Ian Bond, un expert de la Russie au groupe de réflexion Centre for European Reform (CER). (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!