Actualisé

Lausanne (VD)Le «sommet des affameurs» critiqué

Le sommet des plus grandes sociétés de trading se réunit à Lausanne. Certains en grincent des dents.

Le Collectif contre la spéculation sur les matières premières s'insurge contre la tenue d'un sommet réunissant à Lausanne les plus grandes sociétés mondiales de trading. Il organise un forum samedi et une manifestation lundi pour dénoncer le pillage de ce secteur par ces entreprises transnationales.

Sous l'égide du «Financial Times», le Sommet mondial sur les matières premières se tient au Beau-Rivage Palace de lundi à mercredi, pour la deuxième année consécutive. Il réunit sociétés de négoce, banques et investisseurs, a expliqué mardi devant la presse Jean-Michel Dolivo, membre du Collectif et député (solidaritéS Vaud).

Pour le Collectif, ce n'est pas un hasard si ce «sommet des affameurs» se tient en Suisse. Ces dernières années, nombre de ces transnationales se sont installées dans l'Arc lémanique et à Zoug. Elles ont transformé le pays en véritable plaque tournante du négoce de matières premières, avec 25% des transactions mondiales, a relevé M.Dolivo.

Spéculation effrénée

«Le seul Arc lémanique compte plus de 400 sociétés de négoce, dont presque tous les leaders internationaux. Les transnationales génèrent très peu d'emplois, contrairement à ce que les politiciens veulent à tout prix nous faire croire. En revanche, elles bénéficient d'avantages fiscaux exorbitants», a souligné le député.

Ces sociétés profitent des zones grises du système fiscal et bancaire helvétique pour engranger des profits colossaux. En même temps, les peuples victimes de ces «prédateurs» s'appauvrissent. Des régions voire des pays entiers sont réduits à la misère, a poursuivi le secrétaire général du Collectif Rémy Gyger, membre d'attac Suisse.

Sensibilisation

Le Collectif, qui en est à ses débuts, veut sensibiliser la population à «la spéculation effrénée» dont les matières premières sont devenues l'objet. Il en refuse les conséquences, telles que la hausse des prix des denrées alimentaires, l'accaparement des terres agricoles.

Ses membres pointent également du doigt «le commerce criminel de l'eau dans lequel la multinationale Nestlé excelle». «La manipulation des cours boursiers par des groupes comme Glencore-Xstrata qui conduit à l'exploitation brutale d'êtres humains et de la nature» est aussi dénoncée.

Mouvement pacifique

«Les spéculateurs se moquent des conséquences de leurs agissements. C'est à nous de leur poser des limites», a relevé Charlotte Gabriel des jeunes Socialistes Suisses. Elle a rappelé le lancement par ces derniers de l'initiative «Pas de spéculation sur les denrées alimentaires». Ce texte a récolté pour l'heure 53'000 signatures.

Le forum de samedi auquel participera notamment Jean Ziegler débattra de tous ces thèmes. Lundi la manifestation autorisée se veut pacifique. Les organisateurs espèrent de 500 à 1000 personnes. Le Collectif contre la spéculation sur les matières premières réunit associations, syndicats, ONG et mouvements politiques.

Organisateurs conscients

Le Sommet mondial sur les matières premières réunit des dirigeants d'entreprises et des organismes gouvernementaux afin de discuter des questions les plus intéressantes dans le secteur des matières premières, a indiqué mardi à l'ats Kristina Errikson, responsable des relations presse au «Financial Times».

La manifestation couvrira des sujets tels que la géo-économie, les nouvelles opportunités dans les marchés émergents. Elle promeut la discussion et la clarté à un moment où l'intérêt mondial pour les matières premières est important.

«Nous sommes conscients qu'un groupe d'organisations de la société civile suisse envisagent d'organiser une manifestation au cours de la conférence. Nous soutenons fermement le droit des organisations de la société civile à exprimer leurs opinions, a-t-elle ajouté. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!