Actualisé 27.09.2020 à 17:12

VotationsUn «oui» de justesse aux nouveaux avions de combat

Sur le fil, les Suisses ont accepté dimanche l’enveloppe maximale de 6 milliards de francs pour l’achat de nouveaux avions de combat par 50,1%, selon gfs.bern. A l’exception du Valais, tous les cantons romands et le Jura bernois ont dit non.

de
NXP

A la surprise générale, le verdict a mis du temps à tomber, les projections faisant état d’un score à 50-50 jusqu’en fin d’après-midi. La gauche et les milieux antimilitaires, qui ont lancé le référendum, ont longtemps espéré que la dépense de six milliards de francs qu’ils jugeaient luxueuse serait balayée.

Mais les efforts du Conseil fédéral après l’échec du Gripen en 2014 ont payé presque partout. A l’exception du Valais, d’où est originaire la ministre de la défense Viola Amherd, tous les cantons latins ont dit «non» à l’acquisition des nouveaux avions.

Comme avec le Gripen, le plus grand rejet à l’acquisition des nouveaux avions est venu du Jura avec 68,6% de refus. Genève vient ensuite avec 62,8% de «non», puis Neuchâtel avec 61,6%, Vaud 58,9%, Fribourg 54,3%, le Tessin 52,8%. Les Valaisans ont en revanche accepté l’arrêté par 52% des voix.

Oui en Suisse alémaniqueEn Suisse alémanique, pour l’instant, seuls Bâle-Ville (63,34%) et Bâle-Campagne (50,3%) ont refusé l’enveloppe comme ils l’avaient fait lors de la votation de 2014. A Berne, le score est plus net avec 51,4% de voix favorables. Le Jura bernois a néanmoins voté comme la majorité des Romands en refusant à raison de 60,1%. A Zurich, les avions obtiendraient tout juste 50,3%. Ils recueillent près de 57% en Argovie.

La palme du «oui» revient à Nidwald avec 65,7%, suivi de Schwyz (62,7) et d’Obwald (62,3%). St-Gall acquiesce du bout des lèvres (50,7%), Schaffhouse réalise 51,2%.

Cadre général

Après l’échec de l’achat des avions Gripen en 2014, le Conseil fédéral a changé de stratégie et décidé de ne soumettre aux urnes que le cadre général de l’acquisition. Le choix du type et le nombre d’appareils nécessaires lui reviendra. La somme maximale de 6 milliards de francs, soit deux fois plus que le Gripen, est plafonnée. Elle ne pourra pas être augmentée, mais ajustée à l’évolution des prix si nécessaire.

Ce montant doit permettre d’acheter les avions de combat qui remplaceront les 26 F-5 Tiger et les 30 F/A-18 de l’armée. Les premiers, acquis en 1978, sont déjà obsolètes. Ils ne peuvent voler que de jour et par temps clair, et ne servent plus qu’à l’instruction. Les seconds atteindront leur limite dans une dizaine d’années.

L’acquisition des nouveaux avions se fera sur 10 ans et leur utilisation sur 30 à 40. Elle ne devrait pas représenter de charge supplémentaire pour les finances fédérales. Le financement proviendra du budget ordinaire de l’armée, qui devrait augmenter de 1,4% par an ces prochaines années. Cette croissance équivaut à peu près à la moyenne des autres dépenses de la Confédération.

Gauche opposée

Les opposants estiment que les forces aériennes suisses sont actuellement surdimensionnées en comparaison internationale. Pour eux, l’achat d’avions légers aurait été plus conséquent. La Suisse doit plutôt se préparer à de nouveaux types de menace: catastrophes, cyberattaques, pandémies ou changement climatique.

Pour le camp du «oui», qui rassemble des membres du PLR, de l’UDC, du PDC, du PBD, des Vert’libéraux, du PEV et de nombreuses organisations militaires, l’émergence de nouvelles formes de guerre ne remplace pas les anciennes menaces. Bien qu’il n’y ait pas de conflit armé en Suisse, les conditions peuvent rapidement changer. Il s’agit de l’avenir de la politique de sécurité.

Rien n’est encore joué pour l’achat de nouveaux avions de combat par l’armée suisse. Le score de l’enveloppe de six milliards de francs soumise au vote dimanche est très serré, selon une projection de l’institut gfs.bern.

La projection fait état de 50% de «oui» et 50% de «non», avec un avantage pour le «oui», selon l’institut. D’après les résultats intermédiaires relayés par la Confédération, le «oui» l’emporterait à 51%.

Du côté des cantons, Genève aurait refusé par 62,5% des voix après dépouillement de 95% des voix. Vaud dirait «non» à 56% et Bâle-Ville à 63%, selon des résultats partiels. A Zurich, les projections donnent le «oui» gagnant à 52%.

Les électeurs votaient ce dimanche 27 septembre notamment sur l’arrêté fédéral relatif à l’acquisition de nouveaux avions de combat.

20Minutes

(ATS, Keystone)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
361 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

6milliards

28.09.2020 à 14:27

en attendant en Russie le budget de l'armée est réduit pour le donner à d'autres départements en manque de finances,comme avs,social,etc

24Milliards

28.09.2020 à 12:54

Pensez à signer le référendum du GSSa si c'est le modèle américain qui est retenu. Ok pour les avions mais exclu d'acheter USA juste pour faire plaisir aux enfants gâtés de notre armée.

bizarreBizarre

28.09.2020 à 12:53

C'est passe avec 0,2% en faveur. Bizarre...et si il y avait fraude ?