Berne: Le sort du loup fâche les Verts
Publié

BerneLe sort du loup fâche les Verts

Ils étaient dans de bonnes dispositions pour relancer la question du loup, mais les Verts se sentent trahis par la droite.

par
Eric Felley
Christophe Clivaz (Verts/VS): «Nous ne sommes pas opposés à la discussion, mais il faut garder une vue d’ensemble et défendre la protection des troupeaux»

Christophe Clivaz (Verts/VS): «Nous ne sommes pas opposés à la discussion, mais il faut garder une vue d’ensemble et défendre la protection des troupeaux»

lematin.ch/felley

Le Conseil des États a adopté mardi une motion de commission qui demande que le Conseil fédéral reprenne la question du loup afin d’assouplir les conditions de tir. La motion demande: «Il est nécessaire, au vu de la dynamique actuelle de la population de loups en Suisse, de trouver rapidement une solution pragmatique. C’est pourquoi le Conseil fédéral est chargé d’utiliser la marge de manœuvre que lui confère la loi sur la chasse en vigueur pour rendre possible une cohabitation entre l’homme, les animaux de rente et les grands prédateurs. Il s’agit en particulier de pouvoir éliminer plus rapidement les prédateurs causant des dommages ou présentant des problèmes de comportement».

Pour nous, le deal est rompu

Christophe Clivaz (Verts/VS)

Du côté des Verts, cette motion passe mal. Au Conseil des États, Adèle Thorens Goumaz (Verts/VD) s’est interrogée sur la notion de «solution pragmatique», qui dépend beaucoup du point de vue que l’on prend. Pourtant les Verts étaient partis dans de bonnes dispositions pour aborder la question du loup après la votation de septembre dernier, où 51,9% du peuple avait refusé la loi sur la chasse: «Durant la campagne, précise le conseiller national Christophe Clivaz (Verts/VS), nous avons reconnu qu’il y avait un besoin d’action avec le loup. En commission, nous avons proposé une initiative parlementaire basée sur la protection des troupeaux et l’assouplissement du tir, qui a été acceptée de justesse. La commission a ensuite décidé d’ajouter une motion, celle votée mardi par les États. Cependant, ce dernier a balayé notre initiative et pour nous le deal est rompu».

C’est une question de priorité. Dans leur approche du loup, les Verts mettent en avant la protection des troupeaux et les indemnisations, la droite veut d’abord le réguler: «Certains milieux ne sont pas intéressés par la protection des troupeaux. L’Office fédéral de l’environnement dispose de 3 millions de francs pour apporter de l’aide matérielle ou du conseil, mais personne ne les utilise. En décembre dernier, un crédit de 1,8 million de francs était proposé pour indemniser les éleveurs, il a été refusé. Nous ne sommes pas d’accord avec la tournure que prend ce dossier après avoir gagné le référendum. La motion va être acceptée au National, cela ne fait pas de doute, mais la marge de manœuvre du Conseil fédéral pour modifier les ordonnances est mince.»

Selon la dernière évaluation de l’Office fédéral de l’environnement, en janvier dernier, on comptait en Suisse 110 loups et 11 meutes.

Ton opinion

70 commentaires