Berne: Le sport pour requinquer les chômeurs
Actualisé

BerneLe sport pour requinquer les chômeurs

Les sans-emploi sont plus souvent malades que les salariés. Pour inverser cette tendance, le service social lance un programme de santé.

par
Patrick Marbach/ofu
Se bouger pour conserver sa santé lorsqu'on est sans emploi.

Se bouger pour conserver sa santé lorsqu'on est sans emploi.

«Les chômeurs de longue durée bénéficiant d'une aide sociale sont souvent en moins bonne santé que le reste de la population», affirme la conseillère communale bernoise Edith Olibet. Un constat que confirme une étude de la Haute Ecole spécialisée bernoise (HESB): 64% souffrent de troubles physiques et psychiques. A la suite de la publication de ces résultats, la Ville de Berne a réagi.

Elle propose désormais des programmes destinés à remettre en forme les chômeurs. La Ville souhaite ainsi motiver les sans-emploi à entretenir une bonne hygiène de vie. Il s'agit surtout de briser le cercle vicieux de la maladie et du chômage dans l'espoir de faciliter la réinsertion dans le monde du travail.

Wellness, respiration et relaxation

Dix-huit projets ont été élaborés par des chômeurs de longue durée au bénéfice de l'aide sociale dans le cadre d'un atelier. Au programme: des cours de wellness avec des exercices de respiration et de relaxation, ainsi que plusieurs activités sportives. Les participants pourront également apprendre à cuisiner des repas sains avec un budget très réduit.

Oscar Tosato, directeur de l'Enfance, de la Jeunesse et de la Cohésion sociale à Lausanne, reconnaît que l'Office régional de placement n'a pour l'instant aucun programme spécifique lié à cette problématique des sans-emploi de longue durée. «Mais l'étude bernoise, que je ne connais pas encore, sera lue avec toute l'attention nécessaire», assure-t-il.

Genève et Vaud en tête des cantons les plus touchés

Le taux de chômage continue de grimper en Suisse. Il a atteint 3,1% en novembre, contre 2,9% en octobre. Les secteurs de l’hôtellerie, de la restauration et de la construction sont particulièrement touchés. Avec des taux respectifs de 5,6% et 5%, les cantons de Genève et de Vaud arrivent en tête. Le chiffre vaudois est nuancé par les autorités locales. Elles estiment que le taux officiel est faussé par la démographie galopante du canton. Il devrait s’établir à 3,4%.

Ton opinion