Zurich: Le «sprayeur de Zurich» est de retour sur ses terres
Actualisé

ZurichLe «sprayeur de Zurich» est de retour sur ses terres

Devenu célèbre il y a 30 ans, le «sprayeur de Zurich» a une nouvelle fois saisi ses bombes de peinture pour égayer les murs de la cité de la Limmat.

Depuis quelques jours, on peut admirer en vieille ville une figure au trait noir que j'attribue à Harald Naegeli, a expliqué à l'AP Priska Rast, chargée des graffitis à l'administration municipale. L'homme vient de fêter cette semaine son 70e anniversaire.

Cela fait bien une année qu'il est actif à Zurich, a observé Priska Rast. Elle a elle-même dénombré une vingtaine de figures au trait qu'elle attribue à Harald Naegeli et qu'elle a découvertes par hasard. On peut les voir à côté d'une papeterie au centre de Zurich-Oerlikon, mais également dans la vieille ville ou dans les environs du Musée d'art et d'histoire.

Après examen, Priska Rast se déclare certaine qu'il s'agit de l'oeuvre du célèbre sprayeur et graphiste. La plupart de ses figures au trait noir sont aisément reconnaissables et en général, les sprayeurs ne copient pas leurs confrères car ils veulent exprimer leur personnalité et leurs propres créations artistiques. Faire une copie n'aurait pas de sens, car chacun veut exprimer son propre style, a-t-elle souligné.

En outre, Harald Naegeli n'est pas aimé dans le milieu des sprayeurs, a-t-elle pu observer. L'homme se réfère à une autre idéologie et poursuit d'autres buts que les membres de ce milieu. A fin août 2008, le célèbre sprayeur avait accordé un entretien au «Tages Anzeiger» où il affirmait qu'il avait recommencé à s'exprimer dans la rue en Allemagne. Il avait également laissé entendre qu'il pourrait revenir à Zurich. Durant la même semaine, Priska Rast avait découvert dans sa ville une figure au trait bien reconnaissable. Depuis ce moment-là, cela continue, a-t-elle ajouté.

Artiste récidiviste

S'il est pris en flagrant délit, Harald Naegeli sera plus lourdement puni car il s'agit d'un récidiviste. Depuis 1979, il figure dans les dossiers sous le titre de «sprayeur de Zurich» car en deux ans, il avait tracé des centaines de figures sur les façades de la ville. En 1981, il avait été condamné à neuf mois de prison et à une amende salée, mais s'était enfui en Allemagne. Après d'autres actions du même type, il avait été arrêté le 27 août 1983 à Puttgarden sur une île allemande de la mer Baltique. Il avait purgé sa peine en Suisse en 1984, avant de retourner s'établir en Allemagne.

Une de ses dernières figures au trait datant de 1978 et baptisée «Undine» se trouve sur la façade nord du séminaire allemand de l'Université de Zurich. En 1995, le canton de Zurich l'a restaurée eu égard à sa valeur artistique. (ap)

Ton opinion