Actualisé

Le squat de la maison Blardone propose une cantine tous les midis de la semaine. «20 minutes» l'a testée.

Le squat de la maison Blardone propose une cantine tous les midis de la semaine. «20 minutes» l'a testée.

«Nous ne connaissions pas cet endroit et sommes passés devant par hasard, raconte Nicole, étudiante. Nous ne regrettons pas d'être venus. C'est délicieux.» Un plat du jour est préparé tous les midis à la maison Blardone depuis lundi dernier. Et ça marche plutôt bien. «Les gens commencent à connaître, témoigne une des cuisinières bénévoles.

Chaque jour, il y a plus de monde.» Hier à 12 h 30, une cinquantaine de personnes – des squatters, des étudiants, des familles – sont venues partager du riz et des légumes à l'indienne accompagnés d'une salade verte avec des radis. A la fin du repas, chacun est libre de mettre le prix qu'il souhaite. «Si une personne n'a pas d'argent, elle n'a pas besoin de payer», explique Laurent, de l'Association Chez Georges, qui se bat pour protéger la maison Blardone.

«Cette cantine permet de sensibiliser la population sur l'avenir de ce lieu, rajoute Laurent. Nous souhaitons sauvegarder et restaurer cet espace historique pour permettre aux habitants du quartier d'en jouir pour des activités collectives.» Une pétition a été déposée en octobre dernier au Grand Conseil pour la sauvegarde de la maison Blardone: 720 signatures ont été récoltées. Menacés d'une expulsion immédiate, les habitants attendent une réponse concernant une demande

de délai d'évacuation au 21 mars 2007 qui permettrait au Grand Conseil de considérer la pétition.

Sabrine Gilliéron

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!