Genève: Le Stade de Genève est dépendant de l'Etat
Actualisé

GenèveLe Stade de Genève est dépendant de l'Etat

L'ancien conseiller d'Etat genevois Laurent Moutinot a dressé ce constat dans le journal «L'Agefi».

Actuellement, le Stade de Genève ne peut pas vivre sans l'aide de l'Etat. Ce constat sans appel a été dressé lundi dans le journal L'Agefi par l'ancien conseiller d'Etat genevois Laurent Moutinot, qui préside aujourd'hui la fondation du Stade de Genève.

«Avec les quelques sous que l'on gagne, il nous est impossible d'entretenir le stade», a souligné Laurent Moutinot. Le problème financier s'est posé dès l'ouverture de l'enceinte sportive. Au départ, le modèle voulait que la rente du centre commercial qui jouxte le stade finance l'entretien de l'infrastructure.

Or, pour minimiser l'apport d'argent public dans la construction du stade, la rente a été en partie capitalisée. «Aujourd'hui, elle est beaucoup plus basse que prévu», a relevé Laurent Moutinot. Il en résulte qu'actuellement, l'entretien de l'enceinte et sa gestion ne peuvent se faire sans l'aide de l'Etat ou d'un mécène.

Cessation des activités

Si la fondation s'occupait de l'entretien comme il devrait être, «nous serions en perte de 800'000 francs par année», a ajouté l'ancien conseiller d'Etat. Les autorités sont conscientes du problème. Le Grand Conseil devrait prochainement débattre de l'octroi d'une subvention annuelle de 1,5 million de francs dès 2017.

La balle est dans le camp des députés. C'est le Grand Conseil «qui va décider s'il souhaite que ce stade vive ou non», a insisté le président de la fondation. En cas de refus de la subvention, «il faudrait réfléchir» et toutes les solutions pourraient être envisagées, même celle d'une cessation des activités.

Nouveau bail?

Le Servette FC est actuellement locataire du Stade de Genève, alors que la fondation s'occupe de la gestion et de l'entretien de l'infrastructure sportive. Un nouveau bail n'a pour l'instant pas encore été signé entre les deux parties. Ce devrait être chose faite d'ici au début de l'automne, selon Laurent Moutinot.

Ils n'existent pas de divergences de fond entre la nouvelle direction du Servette FC, qui a pris ses fonctions voilà environ une année, et la fondation du stade, a relevé Laurent Moutinot. «Nos relations avec Didier Fischer sont actuellement très bonnes». Elles étaient «exécrables» lorsque Hugh Quennec présidait le club grenat. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion