Singapour: Le Suisse qui avait tagué le métro est libre
Actualisé

SingapourLe Suisse qui avait tagué le métro est libre

Le Suisse condamné à sept mois de prison pour avoir peint des graffitis sur une rame du métro de Singapour, a été libéré après avoir purgé sa peine.

Ce consultant en informatique de 32 ans a été libéré lundi de la prison de Changi et a aussitôt pris un avion pour la Suisse, a indiqué à l'AFP un responsable à l'ambassade, Peter Zimmerli. L'homme avait été inculpé de vandalisme pour s'être introduit illégalement dans un dépôt du métro à la mi-mai en compagnie d'un ressortissant britannique. Ce dernier avait fui la cité-Etat avant d'être arrêté.

Peine alourdie

Selon l'acte d'accusation, les deux hommes avaient vandalisé des biens publics en coupant la clôture et en faisant des graffitis sur deux voitures du métro. Condamné dans un premier temps à cinq mois de prison et trois coups de canne, le Suisse avait vu en août sa peine alourdie à sept mois de prison en appel. Les coups de canne sont en général la punition en cas de vandalisme ou de viol. L'Helvète a été libéré après cinq mois de détention pour bonne conduite, ont précisé des sources proches de la justice singapourienne.

Actes lourdement sanctionnés

Singapour, où règnent ordre et propreté, inflige des sanctions draconiennes aux vandales. Un acte de vandalisme est passible de huit coups de bâtons, d'une peine de prison allant jusqu'à trois ans et d'une amende de 2000 dollars singapouriens (plus de 1500 francs). Singapour accorde par ailleurs une grande importance à la sécurité de son réseau de transports publics, par crainte d'une attaque terroriste. (ats)

Ton opinion