Actualisé

Le «SuperJet» russe effectue sa première sortie mercredi

Paris - Le «SuperJet 100» de Soukhoï, premier avion civil russe conçu depuis la chute du mur de Berlin et destiné aux marchés occidentaux, effectuera mercredi sa première sortie.

Le début des livraisons de l'appareil régional de 100 places est prévu pour la fin 2008.

Le biréacteur destiné à transporter de 75 à 95 passagers suivant les versions, devrait faire son premier vol d'essai avant la fin de l'année, selon des sources industrielles. L'avion est assemblé sur le site de Komsomolsk-sur-Amour, dans l'Extrême-orient russe.

Réputé pour ses avions de combat, Sukhoï a mis au point son «SuperJet» en multipliant les alliances industrielles avec des groupes occidentaux. L'américain Boeing lui prête conseils en matière de développement et de commercialisation, alors que les français Thales et Safran apportent leur savoir-faire en avionique et dans les moteurs, respectivement.

Pour réussir cette première percée sur les marchés occidentaux, où ont régulièrement échoué les Tupolev et Ilyouchine de l'ère soviétique, l'italien Alenia (groupe Finmeccanica) a poussé le partenariat jusqu'à prendre 25 % du capital de Soukhoï Aviation civile en juin 2007. En août, les deux associés ont crée une société commune (51% Alenia, 49% Soukhoï) dont le siège est à Venise.

Premières commandes en Italie

L'entreprise devra promouvoir les ventes sur les marchés européens et américains, actuellement dominés par le brésilien Embraer et le canadien Bombardier. Le «SuperJet» a d'ailleurs obtenu son premier contrat hors de Russie en Italie, avec la commande ferme de dix appareils par ItAli Airlines, livrables de 2009 à 2011.

Mais les autres clients occidentaux potentiels ne se sont pas encore déclarés. Le groupe russe évaluait ces dernières semaines le total de ses commandes fermes à 71 unités, provenant en majorité d'Aeroflot et de la compagnie Sibir . Le patron de Soukhoï, Mikhaïl Pogossian pense qu'il devrait atteindre une centaine de commandes avant la fin de l'année.

Soukhoï espère vendre 800 exemplaires du «SuperJet» d'ici à 2024, 300 en Russie et 500 auprès des compagnies occidentales. Le prix catalogue de l'appareil est compris entre 25 millions et 30 millions de dollars (entre 29 et 35 millions de francs), 25% moins cher que celui de ses concurrents.

Le groupe russe se dit également prêt à viser le marché chinois. Sukhoï n'exclut pas une cooopération industrielle dans l'Empire du Milieu, bien que l'industrie chinoise ait son propre projet de jet régional, l'ARJ-21.

ats

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!