Actualisé 09.01.2009 à 15:28

Somalie

Le superpétrolier Sirius Star relâché par les pirates

Des pirates somaliens ont libéré vendredi le superpétrolier saoudien Sirius Star et son équipage qu'ils détenaient depuis le 15 novembre.

Les pirates somaliens qui détenaient le superpétrolier saoudien Sirius Star depuis près de deux mois ont relâché le navire, vraisemblablement contre une rançon de trois millions de dollars. Sa capture avait précipité le déploiement de forces navales dans la région.

«Tous nos hommes ont à présent quitté le Sirius Star. Le navire est libre, l'équipage est libre», a assuré le chef des pirates Mohamed Said par téléphone à l'AFP depuis le port de Harardhere, à 300 km au nord de la capitale Mogadiscio.

Les pirates avaient réclamé le paiement d'une rançon de 25 millions de dollars pour relâcher le bateau mais avaient depuis réduit leurs exigences.

Une source proche des pirates citée par Reuters a fait état d'une rançon de trois millions de dollars. «Les pirates détenant le navire saoudien ont pris trois millions de dollars hier soir et relâché le navire ce matin», a déclaré vendredi Farah Osman.

«Aucun membre d'équipage ou pirate n'a été blessé pendant cette prise d'otages», a précisé un autre pirate du même groupe, Sahafi Abdi Aden. L'équipage du Sirius Star est composé de 25 marins - deux Britanniques, deux Polonais, un Croate, un Saoudien, et 19 Philippins.

Du pétrole pour plus de 100 millions

«Le dernier groupe d'hommes armés a débarqué du Sirius Star, qui se dirige maintenant vers des eaux sûres», a confirmé Andrew Mwangura, responsable du Programme d'assistance aux marins d'Afrique de l'Est, une association maritime régionale.

«Nous nous refusons à tout commentaire pour le moment», a réagi un porte-parole de la société saoudienne propriétaire du bateau, Vela International Marine Ltd, filiale de transport maritime de la compagnie nationale saoudienne d'hydrocarbures Aramco.

Le superpétrolier, lancé en 2008 et d'une valeur de 150 millions de dollars, est chargé de deux millions de barils de brut, soit l'équivalent de 300'000 tonnes de pétrole. Cette cargaison avait été estimée à l'époque de sa capture à 100 millions de dollars.

A 900 km des côtes

Le bateau long de 330 mètres était ancré devant Harardhere, petit port devenu l'un des principaux repaires des bandits des mers. Sa capture le 15 novembre est l'opération de piraterie la plus spectaculaire menée à ce jour au large de la Somalie.

Il avait été intercepté dans l'Océan Indien à 480 milles nautiques (soit près de 900 km) au large de Mogadiscio. Seize minutes plus tard, les pirates étaient à bord et contrôlaient le navire.

Plus de cent navires ont été attaqués en 2008 par les pirates somaliens. Le détroit de Bab el Mandeb, goulot d'étranglement entre la mer Rouge et le golfe d'Aden, voit passer environ 12% du commerce maritime et 30% du pétrole brut mondial.

Participation suisse évoquée

Les pirates auraient perçu des rançons d'un montant total de quelque 120 millions de dollars, faisant de cette activié l'un des business les plus florissants de Somalie, un pays livré au chaos depuis le début d'une guerre civile en 1991.

Face à cette menace pour le commerce maritime mondial, l'Union européenne a lancé le 8 décembre la première opération navale de son histoire, «Atalante», pour traquer les bandits des mers. Six bâtiments et trois avions de patrouille y prennent part sous commandement britannique.

Une participation de soldats suisses à cette mission est évoquée, dans le but de protéger les navires marchands battant pavillon suisse transitant par le Golfe d'Aden.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!