Actualisé 09.01.2009 à 18:18

Haute-Savoie

Le suspect avoue le crime

Un chômeur de 48 ans a avoué avoir tué une Suissesse le 19 décembre à Saint-Julien-en-Genevois.

L'homme voulait lui voler de l'argent, a indiqué vendredi le procureur de la République d'Annecy, Philippe Drouet.

Lors de sa garde à vue à la gendarmerie de Saint-Julien, le suspect, sans emploi depuis quelques semaines, a «reconnu qu'il était entré dans l'agence» immobilière où travaillait la Suissesse, âgée de 39 ans, «pour lui subtiliser de l'argent», a précisé M. Drouet lors d'un point de presse.

Cet ancien ouvrier en bâtiment, père de trois enfants divorcé et «en voie de marginalisation», a ensuite «reconnu des violences physiques et des coups de couteau», dont un porté à la gorge de la victime, a ajouté le procureur, en évoquant un «crime particulièrement sordide d'origine crapuleuse».

Carte bleue volée

Interpellé mercredi non loin de la caravane où il vivait, avec 2,38 g d'alcool par litre de sang, le suspect a notamment été confondu après avoir tenté en vain de retirer de l'argent avec la carte bleue de sa victime. Il a également déposé sur son compte en banque un chèque adressé à la victime d'un montant de 2000 euros, a précisé le procureur.

Ces «éléments matériels, ses déclarations concordantes aux enquêteurs ainsi que des témoignages ont fait que le crime est en partie résolu», a souligné M. Drouet.

Le suspect, présenté vendredi devant un juge d'instruction en vue de sa mise en examen, a par ailleurs été identifié par plusieurs témoins qui avaient trouvé «son comportement étrange».

Le parquet a requis sa mise en examen pour «meurtre ayant pour objet de faciliter ou de provoquer un délit», crime passible de la réclusion criminelle à perpétuité, «vol», «tentative d'escroquerie», «contrefaçon et usage d'un chèque volé» ainsi que son placement en détention.

Importants moyens

D'importants moyens humains et techniques de la gendarmerie ont permis de résoudre «rapidement» ce crime, a souligné le lieutenant- colonel Jérôme Servettaz, commandant de la section de recherches de Chambéry, chargée de l'enquête.

Les enquêteurs locaux ont notamment été secondés par des experts et des «profilers» de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN). «Une cinquantaine d'hommes ont mené dès les premières heures une enquête d'environnement particulièrement poussée», a souligné M. Servettaz.

Trois enfants

Le corps de la victime, employée dans une agence immobilière de Saint-Julien-en-Genevois, avait été découvert le 19 décembre au matin sur son lieu de travail par son employeur. La femme était mère de trois enfants.

Le même jour, dans une commune distante d'une soixantaine de kilomètres, Montréal-la-Cluse (Ain), une Française de 41 ans, mère de deux enfants et enceinte d'un troisième était elle aussi tuée à l'arme blanche.

La justice a écarté l'hypothèse d'un auteur unique des deux meurtres en raison de la concomitance des crimes. Deux informations judiciaires distinctes ont été ouvertes à Annecy et Bourg-en- Bresse.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!