Attaques en Norvège: Le suspect est «dément», selon son avocat
Actualisé

Attaques en NorvègeLe suspect est «dément», selon son avocat

Le défenseur du tueur norvégien Anders Behring Breivik n'hésite pas à douter de la santé mentale de son client.

Le massacre qui a frappé la Norvège vendredi montre que leur auteur présumé, Anders Behring Breiving, est «dément», a estimé mardi son avocat Geir Lippestad, en disant qu'il n'avait pas encore décidé si cela serait sa ligne de défense.

«Il doit (d'abord) subir des examens médicaux», a-t-il déclaré lors d'une rencontre avec la presse étrangère en précisant que son client n'avait montré «aucun signe de commisération».

Behring Breivik, qui reconnaît les faits, «déteste tous ceux qui croient en la démocratie» et «considère qu'une guerre est en cours», selon son avocat.

Le suspect, qui avait affirmé avoir agi seul, a également évoqué l'existence de «deux (autres) cellules en Norvège et de plusieurs cellules à l'étranger», a déclaré M. Lippestad.

Selon son avocat, Anders Behring Breivik s'est dit «surpris d'arriver à ses fins» et pensait être abattu lors de la fusillade de l'île d'Utoeya.

La double attaque reconnue par le Norvégien de 32 ans a fait 76 morts, dont 68 dans la tuerie sur l'île, selon un bilan provisoire.

Anders Behring Breivik a reconnu les faits mais plaide non coupable, a annoncé le juge chargé de l'affaire au terme de la première audience du suspect lundi. (afp)

Portrait robot de l'extrémisme de droite

L'organisation européenne de coopération policière Europol ambitionne de dresser un «portrait exact et actualisé de l'extrémisme de droite» en Europe, et particulièrement en Europe du Nord, à la suite du carnage de vendredi en Norvège, a annoncé mardi l'organisation.

«Nous essayons de préparer un portrait exact et actualisé de l'extrémisme de droite en Europe, et particulièrement en Europe du Nord», a déclaré à l'AFP Soren Pedersen, le porte-parole d'Europol.

L'organisation de coopération policière avait mis en place vendredi un centre opérationnel, composé d'une cinquantaine d'experts du renseignement, d'enquêteurs, de spécialistes en explosifs et en terrorisme, offrant tout le soutien possible aux autorités norvégiennes suite à la double attaque qui a fait 76 morts en Norvège vendredi.

Europol a ensuite fait appel aux forces de police de différents pays européens, dont Scotland Yard au Royaume-Uni, afin de recevoir le soutien d'experts nationaux qui devront notamment assister l'organisation pour dresser le portrait de l'extrémisme de droite européen.

Ton opinion