Vol de diamants à Bruxelles: Le suspect français nie toute implication
Actualisé

Vol de diamants à BruxellesLe suspect français nie toute implication

Le Français suspecté d'avoir participé à un spectaculaire vol de 50 millions de dollars de diamants en février à l'aéroport de Bruxelles nie toute participation à ce vol.

«M. Marc Bertolbi nie formellement toute participation au braquage et attend avec impatience son extradition vers la Belgique pour pouvoir s'expliquer de ces accusations», a déclaré mercredi à l'AFP l'avocat, Me Olivier Rondu. Le suspect, originaire du département de la Moselle, où se trouve Metz, est âgé de 43 ans. Il dispose de plusieurs propriétés connues à Metz, à Antibes et Cannes, dans le sud de la France, et à Casablanca (Maroc), devenue sa résidence principale et où il vit avec sa compagne.

Riche propriétaire au Maroc

Au Maroc, il est propriétaire d'un restaurant et d'une société de voitures de luxe. Seul Français interpellé dans l'affaire, il a été arrêté mardi par la police judiciaire de Nancy à la gare d'Ars-sur-Moselle (Moselle), où il s'apprêtait à prendre un train, selon son avocat.

Dans sa voiture, une Porsche, les enquêteurs ont trouvé 60'000 euros. Aucune explication n'a été donnée dans l'immédiat sur la provenance de l'argent. Toujours selon son avocat, le suspect était de retour en Lorraine au moment de son interpellation pour rendre visite à sa mère, encore installée dans la région.

Déjà poursuivi

Marc Bertolbi a déjà été poursuivi pour des faits d'escroquerie et de vols aggravés en France, et condamné à de la prison. Son père, également bien connu des services de police, a été poursuivi dans les années 90 pour de nombreuses affaires d'escroquerie.

Mardi, une trentaine de personnes ont été interpellées en Belgique, en Suisse et en France dans le cadre de l'enquête sur ce hold-up, dont une partie du butin a pu être récupérée.

Présenté au parquet général de Metz mardi soir, Marc Bertolbi a été placé en détention. Il doit être présenté le 16 mai à la chambre d'instruction de la cour d'appel de Metz, qui devra statuer sur son éventuelle extradition vers la Belgique. (afp)

Ton opinion