Attentat à Times Square: Le suspect sera inculpé d'acte de terrorisme

Actualisé

Attentat à Times SquareLe suspect sera inculpé d'acte de terrorisme

L'auteur présumé de l'attentat raté de samedi à Times Square, un Américain d'origine pakistanaise, a été interpellé à New York au terme d'une chasse à l'homme.

Le suspect, qui tentait de prendre l'avion pour Dubaï, a reconnu son implication et affirmé avoir agi seul.

L'homme «a été arrêté à l'aéroport J.F. Kennedy au moment où il tentait d'embarquer à bord d'un vol pour Dubaï», a annoncé le ministre américain de la Justice, Eric Holder, lors d'une conférence de presse à Washington.

Le suspect est un citoyen américain naturalisé, né au Pakistan et répondant au nom de Faisal Shahzad. Son arrestation a eu lieu lundi soir vers 23h45.

M. Shahzad, qui a «reconnu son implication» dans l'attentat raté, va être poursuivi notamment pour «acte de terrorisme dépassant les frontières nationales» et «tentative d'utilisation d'une arme de destruction massive», a précisé M. Holder.

Le directeur adjoint du FBI, John Pistole, a pour sa part indiqué qu'il avait «fourni des informations et des éléments de preuve intéressants». Selon les procureurs, il a avoué avoir suivi une formation à la confection de bombes, au Waziristan, région montagneuse du Pakistan limitrophe de l'Afghanistan.

Action rapide

Son interpellation intervient 48 heures après la découverte samedi dans un 4x4 à Times Square, l'un des lieux les plus fréquentés du monde, d'un engin explosif fait de feux d'artifice, de bidons d'essence et de bonbonnes de gaz.

Le maire de New York, Michael Bloomberg, s'est félicité de la rapidité de l'arrestation. «J'espère que l'impressionnant travail (de la police) servira de leçon à quiconque voudrait nous nuire», a- t-il déclaré.

Le président américain Barack Obama de son côté a assuré que les Etats-Unis ne se laisseraient pas «terroriser» après l'attentat raté de New York. Il a ajouté qu'il s'agissait d'un rappel brutal des menaces qui pèsent sur la sécurité du pays.

Cinq mois au Pakistan

Selon la chaîne ABC News, les enquêteurs sont parvenus à remonter la piste jusqu'à Shahzad en utilisant les indices relevés sur le 4X4 Nissan Pathfinder qui contenait les explosifs. Selon les autorités, toujours citées par ABC, Shahzad avait acheté la voiture une semaine plus tôt, et l'a payée 1300 dollars en billets de cent dollars.

Les médias ont diffusé des images de Faisal Shahzad où il apparaît souriant, portant un collier de barbe et les cheveux courts. Selon la presse, l'homme, âgé de 30 ans, vivait dans le Connecticut et était récemment rentré d'un voyage de cinq mois au Pakistan.

Il y aurait séjourné à Peshawar, grande ville du nord-ouest du pays et l'un des centres de recrutement des talibans et de leurs alliés du réseau Al-Qaïda.

Terrorisme international envisagé

Les autorités américaines avaient mis en doute lundi l'authenticité de la revendication de l'attentat par le Tehrik-e- Taliban (TTP), le mouvement des talibans pakistanais affilié à Al- Qaïda. Mais selon le ministre de la Justice, l'enquête suit plusieurs pistes, dont celle des «organisations terroristes à l'étranger».

Le suspect a assuré aux enquêteurs avoir agi seul et n'avoir aucun lien avec des groupes extrémistes de son pays d'origine.

Le FBI a déclaré mardi avoir perquisitionné à son domicile, à Bridgeport dans le Connecticut, mais n'a pas dit si des éléments intéressants y avaient été découverts.

Suspects arrêtés au Pakistan

«Nous travaillons étroitement avec le gouvernement du Pakistan» sur ce dossier, a déclaré de son côté le porte-parole du département d'Etat, Philip Crowley.

Peu après ces déclarations, les autorités pakistanaises, qui se sont engagées à coopérer avec les Etats-Unis dans l'enquête, ont annoncé avoir interpellé mardi à Karachi deux suspects sur la base de communications téléphoniques les reliant à Shahzad.

La compagnie Emirates a en outre annoncé que trois passagers avaient dû débarquer de l'avion et avaient été «interdits de prendre le vol». Elle n'a précisé ni l'identité ni la nationalité de ces personnes. (ats/afp)

Ton opinion