Le syndic Poitry éjecté de son siège
Actualisé

Le syndic Poitry éjecté de son siège

Nyon. La municipalité a décidé hier de suivre l'avis du Conseil d'Etat et met fin au mandat du
syndic hors sol.

Faute d'avoir son domicile principal dans sa commune, Alain-Valéry n'a pas pu garder son siège de syndic de Nyon. La municipalité a annoncé hier «avec regret» qu'elle le radiait de la liste des électeurs, mettant ainsi un terme à son mandat. «Je suis un peu déçu, réagit-il. Je pensais pourtant avoir fait un pas important en prenant récemment un pied-à-terre à Nyon.»

L'avocat a déménagé en mai dernier sur le territoire de la commune voisine de Prangins. En novembre, le Conseil d'Etat a sommé la municipalité de radier l'édile. L'avis de droit demandé par l'exécutif rejoignant totalement la position du gouvernement, le collège a finalement obtempéré. Alain-Valéry Poitry ne cachait pas, hier, qu'il ferait recours après avoir démissionné. Une démarche sans effet suspensif.

Le conseiller d'Etat Philippe Leuba s'est défendu d'éprouver la moindre satisfaction face au sort réservé à l'avocat nyonnais. «Je prends acte de la décision de la municipalité. On m'a élu pour appliquer la loi et elle s'applique à Nyon comme aux autres communes», a-t-il dit. Depuis ce matin, l'exécutif de la Ville de Nyon ne compte donc plus que six membres et ce jusqu'à ce qu'une élection complémentaire soit organisée, en mars 2008.

Carole Pantet

Ton opinion