Actualisé 01.06.2015 à 14:30

Votations du 14 juin«Le système actuel est périmé, lourd et coûteux»

La SSR est au centre du débat sur la révision de la redevance radio-TV, en votation le 14 juin prochain. Roger de Weck a répondu ce lundi aux questions des lecteurs.

de
jbu/ofu/ats

Les Suisses seront amenés à se prononcer sur quatre objets différents lors des prochaines votations fédérales du 14 juin. Le texte sur la révision de la loi sur la radio et la télévision (LRTV) est celui qui suscite le plus de débats émotionnels. La SSR et son directeur général Roger de Weck se trouvent au centre de ces discussions.

La révision de la LRTV prévoit une généralisation de la redevance à tous les habitants de Suisse, qu'ils possèdent ou non un poste de radio ou de télévision. Doris Leuthard met en avant une baisse de la taxe de 462 à 400 francs. Vu que tout le monde profite du service public, il est logique que chacun apporte sa contribution, estime-t-elle. L'Union suisse des arts et métiers (Usam), elle, a lancé un référendum parce qu'elle conteste l'assujettissement des PME à cette taxe. Selon l'Usam, la généralisation de la redevance est un «piège fiscal». Même s'il est prévu que le coût de la taxe qui finance le service public médiatique baisse de 60 francs par année, les opposants au projet parlent d'un nouvel impôt, nuisible aux entreprises et susceptible «d'augmenter sans limite» ces prochaines années.

Ce lundi à 13h15, Roger de Weck a répondu en direct aux questions des lecteurs de «20 minutes». Découvrez ses réponses sur notre site.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!