Le tabac suédois sans fumée moins nuisible pour la santé
Actualisé

Le tabac suédois sans fumée moins nuisible pour la santé

LONDRES - Les fumeurs cherchant un moyen moins nocif d'ingérer leur dose de nicotine devrait passer au snus suédois.

Un tabac qui ne dégage pas de fumée et les expose à un risque de cancer moindre que les cigarettes, souligne un article publié jeudi sur le site en ligne de la revue «The Lancet».

Les consommateurs de cigarettes ont au moins dix fois plus de risques de contracter le cancer du poumon que ceux qui ont recours au snus, selon des recherches qui pourraient remettre en question les mesures d'interdiction frappant ce tabac suédois, notamment dans l'Union européenne.

Le snus, un tabac en poudre, est interdit dans tous les pays de l'UE à l'exception de la Suède, qui bénéficie d'une dérogation. Aux Etats-Unis, il est commercialisé à titre expérimental dans au moins deux grandes villes.

«Nous ne devrions pas attendre pour permettre au snus de concurrencer les cigarettes sur le marché», estiment le Dr Jonathan Foulds de l'université de médecine et de dentisterie du New Jersey et le Dr Lynn Kozlowski, de l'université de Buffalo, qui ont analysé les deux études publiées dans «The Lancet». «L'interdiction ou l'opposition exagérée au snus dans des environnements où les cigarettes abondent ne sont pas une bonne politique de santé publique», ajoutent-ils.

Dans une étude, des chercheurs internationaux ont examiné l'incidence du cancer sur près de 280.000 hommes suédois entre 1978 et 1992. Environ 26% étaient des adeptes du snus, 37% des fumeurs et les autres n'avaient jamais consommé de tabac.

Il s'est avéré que chez les fumeurs, l'incidence du taux de cancer du pancréas était de 13 cas pour 100.000, mais baissait à 8,8 cas pour 100.000 chez les consommateurs de snus. Chez ceux qui ne consommaient pas de tabac, le chiffre tombait à 3,9 cas pour 100.000.

L'étude a également montré que la consommation de snus n'augmentait pas le risque de cancer de la bouche, même si les utilisateurs du produit peuvent développer des lésions localement. La méthode de consommation habituelle consiste à placer le snus derrière la lèvre supérieure et à la garder en place pendant un moment, de quelques minutes à quelques heures.

Reste que les amateurs de snus ont deux fois plus de risques de contracter le cancer du pancréas que ceux qui n'ont jamais consommé de tabac, selon l'étude. Et le tabac suédois peut également entraîner des complications dans les grossesses et pourrait accroître le risque de maladie cardiaque.

Dans une autre étude, des chercheurs ont estimé que si le snus était autorisé en Australie, il entraînerait des bénéfices en terme de santé publique s'il était adopté par des personnes qui autrement continueraient à fumer.

En Suède, de nombreux fumeurs sont passés au snus et le pays affiche l'un des taux de fumeurs les plus bas au monde: moins de 20% de la population. Le snus est loin d'être inoffensif: une trentaine de substances cancérigènes y ont été découvertes. En 2004, la Cour européenne de justice a confirmé une interdiction de ce produit, estimant que sa nocivité potentielle justifiait cette mesure.

Les deux études montrent que le snus pourrait ne pas être aussi nuisible pour la santé que prévu, et le serait beaucoup moins que la cigarette. Mais certains experts craignent que sa légalisation n'entraîne des effets néfastes. «Comme tous les produits du tabac, le snus n'est pas totalement dénué de risques», souligne Jean King, directeur de l'organisation britannique Recherche sur le cancer.

Fumer est le principal facteur de risque du cancer. Le tabac tue une personne sur dix dans le monde et est à l'origine de quatre millions de décès chaque année, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). (ap)

Ton opinion