Actualisé 09.11.2006 à 21:31

Le tampon lavable, est-ce «beurk»?

Mooncup veut remplacer les tampons hygiéniques par une coupe en silicone. Ses ventes explosent et excitent la concurrence.

Une femme utilise plus de 10 000 tampons au cours de sa vie. Leurs déchets sont polluants. Une société anglaise propose une variante écologique et économique aux tampons hygiéniques: une coupe menstruelle en silicone souple.

En forme de cloche de 5 cm de longueur, elle «récupère le flux menstruel sans fuite ni odeur». Elle se porte en interne comme un tampon classique. Il suffit de la laver avant de la réinsérer toutes les quatre à huit heures selon l'abondance des pertes. Sa durée de vie est de dix ans, son prix d'environ 45 fr.

Le système est peu connu. Son invention remonte pourtant aux années 1930, en même temps que celle du tampon. «Notre plus grand obstacle, c'est le «facteur beurk», confie Kathrine Clements responsable de l'information de Mooncup. La première chose que les femmes veulent savoir, c'est si nous l'utilisons nous-mêmes.» Très répandu en Finlande, la coupelle est vendue en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis, en Suisse. Des sociétés américaines et canadiennes offrent des produits similaires.

Giuseppe Melillo

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!