Saint-Moritz (GR): Le taser autorisé contre les chiens en cas d'urgence
Publié

Saint-Moritz (GR)Le taser autorisé contre les chiens en cas d'urgence

La police municipale de la commune grisonne va recevoir des pistolets paralysants. Mais leur future utilisation suscite des interrogations.

par
Michel Eggimann/cga
Le taser pourrait engendrer des problèmes psychologiques chez certains chiens.

Le taser pourrait engendrer des problèmes psychologiques chez certains chiens.

AFP

La police de Saint-Moritz s’apprête à recevoir des tasers. Dans le «Engadiner Post», son chef explique que ses armes ne seront utilisées qu’en cas de situations échappant au contrôle des agents, citant en exemple une attaque au couteau, des menaces avec une arme à feu ou… des chiens agressifs devenus incontrôlables.

Un moyen «raisonnable»

«Les dispositifs de déstabilisation sont destinés à combler un vide dans l'équipement des policiers. C'est un outil opérationnel éprouvé entre l’arme à feu et d'autres moyens tels que les matraques ou les gaz lacrymogènes», précise Manuel Egger. Pour lui, le taser doit être utilisé dans des situations d'autodéfense et d'assistance à l'autodéfense, et ce genre de situation peut se rencontrer avec des chiens.

Le chef de la police municipale de Saint-Moritz donne l’exemple des toutous qui sautent sur les gens de manière incontrôlée et agressive. «Si un tel chien est en liberté près d'un terrain de jeu, il constitue un danger pour les enfants». Selon lui, c’est un moyen «raisonnable» de maîtriser l’animal sans utiliser d’armes à feu.

Des séquelles?

Le vétérinaire cantonal des Grisons, est plus réservé sur une telle utilisation des pistolets paralysants. «Indépendamment des impulsions électroniques générées, l’utilisation de projectiles en forme de flèche peut affecter des organes comme les yeux». Des blessures peuvent également se produire lors de l'enlèvement des électrodes, rappelle-t-il au «Bündner Zeitung». Le vétérinaire cantonal mentionne enfin que le taser pourrait engendrer des problèmes psychologiques, en particulier chez les chiens timides.

Sur le plan juridique, l’association de défense des animaux Tier im Recht, précise que «le bien-être et la dignité animal sont expressément protégés en Suisse. Il est ainsi interdit d'infliger à un animal des douleurs, des souffrances ou des dommages injustifiés ou de lui faire peur». Un principe qui s'applique aussi aux agents de police. L'utilisation de pistolets paralysants contre un chien ne se justifie donc que s'il n'existe pas d’autres moyens plus doux de défendre une personne ou un autre animal.

Ton opinion

214 commentaires