Actualisé 27.07.2011 à 15:58

Neuchâtel Xamax«Le Tchétchène est une honte pour le football»

Le tout puissant propriétaire du club rouge et noir fait parler outre-Sarine. Certains politiciens disent tout le mal qu'ils pensent de lui dans les colonnes du «Blick».

von
20minutes
La Une du «Blick» du jour. - Photo dr

La Une du «Blick» du jour. - Photo dr

Bulat Chagaev, le nouvel homme fort de la Maladière, ne fait pas l'unanimité en Suisse alémanique. Le «Blick» a demandé à différents politiciens ce qu'ils pensaient du Tchétchène. Morceaux choisis.

«L'homme (ndlr: Bulat Chagaev) a pris le club de football pour une succursale de banque», s'emporte Toni Bortoluzzi de l'UDC zurichoise. «Il n'a pas d'avenir. Tôt ou tard, il devra remballer ses affaires. Le Tchétchène est une honte pour le football et la Suisse.»

Son camarade de parti, le président du Groupe parlementaire sur le sport Jürg Stahl n'est pas plus tendre. «Quiconque veut ouvrir un compte dans une banque doit prouver d'où vient son argent. Mais personne ne sait d'où viennent les millions de Chagaev.» Jürg Stahl pointe particulièrement le doigt sur la manière dont sont virés les joueurs, les entraîneurs et les présidents. «C'est un mauvais signal économique», ajoute-t-il.

Adrian Amstuz, vice-président de l'UDC, se dit lui inquiet. «Le sport a un impact sur la société. Comment voulez-vous combattre le hooliganisme, quand le propriétaire d'un club se comporte comme un hooligan.»

Mais les membres de l'UDC ne sont pas les seuls à critiquer l'attitude du magnat. «Nous attendons des demandeurs d'asile qu'ils s'intègrent. Nous voulons donc attendre la même chose des riches étrangers», explique le conseiller national PDC soleurois Pirmin Bischof.

La conseillère nationale socialiste bernoise Margret Kiener Nellen est choquée. «Ceci est inacceptable pour la société. Les joueurs doivent réagir», affirme-t-elle dans les colonnes du tabloïd.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!