Actualisé 21.03.2017 à 14:54

AutomobilesLe TCS critique le système «sans clé»

Le Touring Club Suisse exige que les constructeurs automobiles rendent le système «sans clé» plus fiable pour éviter les vols.

Le système «keyless», un gadget pratique, mais défaillant.

Le système «keyless», un gadget pratique, mais défaillant.

DR/Photo d'illustration

La protection antivol des voitures «sans clé» doit être améliorée. Ces véhicules sont trop faciles à dérober, selon le Touring Club Suisse. Le TCS appelle les constructeurs automobiles à améliorer le système.

Un test effectué sur 76 modèles montre que les voitures «ont été ouvertes et enlevées en quelques secondes», relève le TCS mardi dans un communiqué. Il exige donc des mesures. L'automobile pourrait par exemple être munie d'une puce qui reconnaît quand le signal de la clé a été dévié.

L'Ecole polytechnique fédérale de Zurich a développé un tel outil. Avec une programmation intelligente, la puce repère la faille et comprend qu'il n'est pas possible que la clé puisse être à proximité de la porte de la voiture qui reste par conséquent close.

Dans le système «keyless» (sans clé), le propriétaire porte la clé sur lui et lorsqu'il s'approche de son véhicule, celui-ci la reconnaît par signal radio. Il n'est pas nécessaire de presser une touche sur la clé pour ouvrir les portes, celles-ci se déverrouillent automatiquement dès que l'on touche une poignée.

Un gadget pratique, mais défaillant. Tant que le système n'est pas amélioré, le TCS recommande aux automobilistes de ne pas acheter des voitures qui en sont munies.

A plus de 100 mètres

Au cours des tests - effectués par le TCS et l'allemand ADAC - les voitures «sans clé» ont été ouvertes et enlevées au moyen d'un amplificateur d'émission bricolé maison.

Ce type de vol exige deux personnes. L'une se rend à proximité de la clé de la voiture avec un petit récepteur, l'autre, équipée d'un petit émetteur, se poste près de la porte de la voiture. Il s'est avéré que la retransmission du signal fonctionnait même si la personne équipée du récepteur était à plus de 100 mètres de la clé.

Et ce n'est pas tout. Lorsque la police repère la voiture volée et l'examine, elle ne trouve aucune trace révélant un vol ou une effraction, poursuit le TCS.

Pas de statistiques

Un constat partagé par plusieurs polices cantonales. Il est par conséquent difficile de recenser le nombre de cas ou même de donner une estimation ou tendance. Ces actes ne sont pas différenciés des vols de voitures «classiques» dans les statistiques, ont dit à l'ats les porte-parole de plusieurs polices cantonales.

L'absence de preuves conduit aussi au risque que le propriétaire soit suspecté d'avoir simulé le vol. Une situation délicate pour le propriétaire comme pour son assureur, regrette le TCS. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!