Mont-Blanc: Le téléphérique bloqué à été remis en service
Publié

Mont-BlancLe téléphérique bloqué à été remis en service

Il y a neuf mois un téléphérique était resté bloqué obligeant des touristes à passer une nuit au-dessus du vide.

Le Panoramic Mont-Blanc relie l'Aiguille du Midi (3,842 mètres), dans les Alpes françaises, à la Pointe Helbronner (3,462 mètres) côté italien.

Le Panoramic Mont-Blanc relie l'Aiguille du Midi (3,842 mètres), dans les Alpes françaises, à la Pointe Helbronner (3,462 mètres) côté italien.

AFP

L'événement avait fait les gros titres en raison de la renommée du massif alpin, des nationalités diverses des 33 vacanciers contraints d'attendre la remise en route de l'appareil et de la virtuosité des secouristes qui avaient hélitreuillé ou descendu en rappel 77 autres personnes coincées dans les cabines, jusqu'à 400 m au-dessus du sol.

Le Panoramic Mont-Blanc, remontée mécanique longue de 5 km, relie l'Aiguille du Midi (3,842 mètres), dans les Alpes françaises, à la Pointe Helbronner (3,462 mètres) côté italien.

Le 8 septembre 2016 avait eu lieu la conjonction «exceptionnelle» du croisement de trois câbles et de la panne côté italien du moteur de secours qui aurait pu les décroiser.

La réouverture de l'installation avait été subordonnée «au renforcement du mode secours et à certains aménagements en gares et cabine», a rappelé la préfecture de Haute-Savoie dans un communiqué.

Température proche de 0

L'étude menée par la Compagnie du Mont-Blanc a débouché sur plusieurs modifications: l'accélération en sortie de station est désormais «plus douce pour limiter les mouvements de câbles», la «capacité du moteur de sauvetage en gare Helbronner a été augmentée et un second treuil a été ajouté» pour faciliter un éventuel décroisement. «Les kits en cabine ont été complétés», avec des sacs de survie comprenant des vêtements chauds et des vivres, a ajouté la préfecture.

Lors de l'avarie, des kits étaient incomplets et certains «naufragés du vide» avaient eu froid et faim durant cette longue nuit où les températures étaient proches de zéro. En parallèle, «un plan ultime de secours a été élaboré par le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix, en étroite collaboration avec la Compagnie du Mont-Blanc, en cas d'avarie technique prolongée».

A défaut de pouvoir recourir à une évacuation héliportée, en raison des conditions météorologiques ou de la nuit comme en septembre dernier, le PGHM a «testé avec succès un dispositif innovant de chariots motorisés permettant d'acheminer des secouristes dans chaque train de cabines». (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion