Le téléphone mobile remplace les clés d'appartement au Japon
Actualisé

Le téléphone mobile remplace les clés d'appartement au Japon

Le promoteur immobilier japonais Anabuki va installer dans trente immeubles représentant 5000 logements des serrures électroniques activées par un téléphone mobile.

Anabuki, qui gère environ un millier d'immeubles au Japon, illustre ainsi l'adoption à grande échelle de ce type d'application. Elle est jugée par beaucoup plus pratique et plus sûre que les clés et les serrures classiques.

Index, une entreprise de services internet sur mobile qui a annoncé l'information mercredi, est l'une des sociétés à avoir développé un dispositif de serrure activée par la lecture d'une puce sans contact, composant déjà intégré dans un quart des 100 millions de téléphones portables en circulation au Japon.

Pour fermer leur porte à clef, les résidents d'immeubles équipés n'ont qu'à effleurer le lecteur de la serrure avec leur téléphone portable. L'avantage de cette «clef virtuelle» est qu'elle peut être répliquée sur les mobiles de chaque membre de la famille, expliquent ses concepteurs.

«Clé» multifonctions

En cas de perte du téléphone, elle peut être désactivée très rapidement, par une simple commande informatique. On peut aussi vérifier à distance, depuis son mobile, qu'on a bien fermé la porte. Et si tel n'est pas le cas, on peut le faire à distance, sans retourner chez soi en courant. De même peut-on créer une clef temporaire, valable une journée ou moins, pour un ami, le concierge ou un livreur.

Pour les habitants des immeubles équipés, le mobile sert aussi de clef de boîte à lettre et consignes collectives, ainsi que de mode de paiement des distributeurs et autres services équipant éventuellement la résidence.

L'un des pionniers de ce système a été la société Kesaka, dont le système est déjà installé ou le sera prochainement dans une cinquantaine d'immeubles et complexes résidentiels au Japon. (ats)

Ton opinion