Actualisé 19.10.2017 à 15:50

#MeTooLe témoignage glaçant d'une ex-gymnaste

La championne olympique McKayla Maroney a révélé avoir été victime d'abus sexuels de la part du Dr. Larry Nassar, alors médecin de la sélection américaine.

«Cela a commencé quand j'avais 13 ans (...) et ça a continué jusqu'à ma retraite sportive», a confié l'ex-gymnaste. (Mercredi 18 octobre 2017)

«Cela a commencé quand j'avais 13 ans (...) et ça a continué jusqu'à ma retraite sportive», a confié l'ex-gymnaste. (Mercredi 18 octobre 2017)

AFP/Archive

L'ancienne championne américaine McKayla Maroney affirme avoir été la victime d'abus sexuels commis par un médecin de la sélection, nouvelle révélation dans un scandale qui a ébranlé sa discipline et qui fait écho à l'affaire Weinstein.

«Je sais que c'est difficile de parler»

«J'ai été violentée par le Dr Larry Nassar, le médecin de l'équipe féminine américaine de gymnastique et de la sélection olympique», affirme-t-elle dans un message publié sur Instragram, s'exprimant pour la première fois sur le scandale.

Larry Nassar est accusé de multiples abus sexuels sur des gymnastes pendant près de 20 ans. Ancien médecin de l'équipe américaine de 1996 à 2015, en poste pendant quatre Jeux olympiques, il a été inculpé en février de 22 chefs d'inculpation pour agressions sexuelles, y compris sur des filles âgées de moins de 13 ans. Il est actuellement en détention.

«Je sais que c'est difficile de parler publiquement de quelque chose de si horrible, de si personnel, car ça m'est arrivé à moi aussi», dit McKayla Maroney. Elle reprend le mot-dièse «MoiAussi», utilisé sur Twitter pour dénoncer les violences sexuelles sur les femmes après que de nombreuses actrices ont accusé le producteur américain Harvey Weinstein de viol, d'agression ou de harcèlement. M. Weinstein a nié toutes les accusations de relations sexuelles non consenties.

#balancetonporc, #metoo: les femmes balancent

Dans le sillage de l’affaire Weinstein, les victimes d’agresseurs racontent leurs expériences.

«Cela n'arrive pas qu'à Hollywood, dit-elle. Je rêvais de participer aux Jeux olympiques, et les choses que j'ai endurées pour y arriver étaient inutiles et dégoûtantes.»

«Cela a commencé quand j'avais 13 ans (...) et ça a continué jusqu'à ma retraite sportive», raconte l'ex-gymnaste. Elle dit notamment avoir été agressée avant les concours par équipes et de saut des Jeux de Londres en 2012, lors desquels elle avait remporté respectivement les médailles d'or et d'argent.

«Jamais trop tard»

L'ancienne championne olympique âgée de 21 ans explique: Larry Nassar «me disait que je recevais 'un soin médicalement nécessaire qu'il donnait à ses patients depuis plus de 30 ans' (...). Il semble que chaque fois que cet homme en avait l'occasion, j'étais 'soignée'».

Elle évoque sa «nuit la plus horrible» quand, à l'âge de 15 ans, le Dr Nassar lui donne des somnifères pour supporter le voyage vers Tokyo, où elle participe aux Mondiaux-2011 avec l'équipe américaine.

Elle se souvient ensuite «être seule avec lui dans sa chambre d'hôtel recevant un 'soin'. J'ai cru mourir cette nuit-là».

Dans son message, elle encourage les victimes d'abus sexuels à témoigner car «notre silence a donné le pouvoir aux mauvaises personnes pendant trop longtemps» et qu'il n'est «jamais trop tard». Elle réclame également «la tolérance zéro pour les agresseurs et ceux qui les protègent».

Près de 400 victimes

L'affaire avait débuté en décembre 2016 lorsque le journal Indianapolis Star, après neuf mois d'enquête, avait révélé que 368 membres, enfants et adolescentes, de clubs affiliés à la Fédération de gymnastique avaient été victimes d'agressions sexuelles au cours des vingt dernières années.

Trois anciennes membres de l'équipe nationale avaient ensuite accusé le Dr Nassar d'abus sexuels. L'une d'elles, Jamie Dantzscher, avait dit avoir été agressée alors qu'elle avait entre 13 ans et 18 ans.

Selon elles, le médecin ostéopathe était conforté par l'environnement particulier de la gymnastique de haut niveau, où les plaintes et les signes de blessure pouvaient mettre en danger les rêves olympiques.

Le président de la fédération américaine, Steve Penny, a démissionné en mars pour sa gestion de ce scandale et pour avoir alerté trop tardivement les autorités. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!