Actualisé 12.04.2017 à 20:53

JO de RioLe TF rejette l'appel des sportifs russes handicapés

Le Comité international paralympique avait décidé d'exclure les athlètes russes en raison de soupçons de dopage, en août dernier.

1 / 92
Treize sportifs russes et deux entraîneurs accusés de dopage puis blanchis sont désormais éligibles pour les jeux Olympiques 2018 de Pyeongchang, a annoncé le CIO. (Samedi 3 février 2018)

Treize sportifs russes et deux entraîneurs accusés de dopage puis blanchis sont désormais éligibles pour les jeux Olympiques 2018 de Pyeongchang, a annoncé le CIO. (Samedi 3 février 2018)

AFP
Le président russe Vladimir Poutine a demandé mercredi aux sportifs russes de lui «pardonner» pour n'avoir pas su les «protéger» des retombées du scandale du dopage. (Mercredi 31 janvier 2018)

Le président russe Vladimir Poutine a demandé mercredi aux sportifs russes de lui «pardonner» pour n'avoir pas su les «protéger» des retombées du scandale du dopage. (Mercredi 31 janvier 2018)

AFP
Dans une interview, l'ancien haut responsable de l'antidopage accuse Vladimir Poutine d'avoir joué un rôle crucial dans l'organisation du dopage des sportifs russes aux Jeux olympiques. (29 janvier 2018)

Dans une interview, l'ancien haut responsable de l'antidopage accuse Vladimir Poutine d'avoir joué un rôle crucial dans l'organisation du dopage des sportifs russes aux Jeux olympiques. (29 janvier 2018)

AFP

Le Tribunal fédéral a confirmé le bien-fondé de l'exclusion des sportifs russes des Jeux paralympiques de Rio 2016. Il a rejeté l'appel de la Russie, qui avait déjà été déboutée en août par le Tribunal arbitral du sport (TAS) à Lausanne.

«Le recours est rejeté», a indiqué la plus haute instance juridique de la Suisse dans une décision prise le 3 avril et publiée mercredi. En outre, le Comité paralympique russe devra payer 10'000 francs suisses de frais de justice au Tribunal fédéral et 12'000 francs suisses au Comité international paralympique (IPC).

Rejet du TAS

L'avis du Tribunal fédéral fait suite à toute une série de décisions et d'appels en la matière. L'IPC avait annoncé le 7 août 2016, un mois avant les Jeux paralympiques de Rio (7-18 septembre) avoir suspendu le Comité paralympique russe en raison d'un vaste scandale de dopage.

Le Comité paralympique russe avait d'abord fait appel de cette décision devant le TAS, la plus haute instance de la justice sportive. Le 23 août, le TAS avait rejeté cet appel, et le Comité paralympique russe s'était alors tourné vers le Tribunal fédéral suisse pour faire appel de la décision du TAS.

Reproche infondé

Dans ses conclusions, le Tribunal fédéral indique que le reproche fait au TAS de ne pas avoir tenu compte de la situation individuelle des athlètes paralympiques russes est infondé, vu que ceux-ci n'étaient pas partie à la procédure (seul le Comité paralympique russe l'était).

Alors que le Comité paralympique russe estimait que le TAS avait mal évalué les faits, le Tribunal fédéral a souligné que ce type de grief n'est pas recevable car les recours devant la cour suprême n'ont pas pour but de refaire un procès.

Il indique enfin que le grief concernant une violation de l'ordre public suisse par le TAS est insuffisamment motivé par le Comité paralympique russe. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!