Asie: Le Timor oriental aux urnes pour choisir son président
Publié

AsieLe Timor oriental aux urnes pour choisir son président

Les électeurs du Timor oriental sont appelés aux urnes mardi pour départager, dans la course à la présidence, un prix Nobel et le chef de l’Etat sortant, un ancien guérillero.

Les partisans du président Francisco «Lu Olo» Guterres lors d’un meeting de campagne le 16 mars 2022.

Les partisans du président Francisco «Lu Olo» Guterres lors d’un meeting de campagne le 16 mars 2022.

AFP

Les bureaux de vote ont ouvert à 07H00 (22H00 GMT, lundi) pour un duel identique à celui de 2007 alors remporté haut la main par l’ancien héros révolutionnaire et lauréat du prix Nobel de la paix Jose Ramos-Horta.

Ce dernier est arrivé largement en tête du premier tour le 19 mars, avec 46% des voix contre 22% pour l’actuel président Francisco «Lu Olo» Guterres, manquant de peu la barre de la majorité absolue. La participation avait atteint 77% pour ce scrutin auquel participait 16 candidats, un nombre record.

Le vainqueur débutera son quinquennat le 20 mai, jour du 20e anniversaire de l’indépendance du Timor oriental après 24 ans d’occupation indonésienne.

Impasse politique

Le scrutin est perçu comme une chance de sortir de l’impasse politique dans laquelle se trouvent les deux principaux partis, le Congrès national pour la reconstruction du Timor-Leste (CNRT) et le Front révolutionnaire pour un Timor oriental indépendant (Fretilin).

Francisco Guterres, 67 ans, ancien guérillero et dirigeant du du parti Fretilin, a été élu président en 2017 avec le soutien de l’ancien rebelle Xanana Gusmao, premier président du pays et actuel dirigeant du CNRT.

Mais cette année, Xanana Gusmao et son parti ont choisi d’investir Jose Ramos-Horta, lauréat du prix Nobel de la paix en 1996 pour sa quête d’une solution pacifique au conflit du Timor oriental et qui était le principal porte-parole du mouvement indépendantiste. Ancien Premier ministre avant un mandat présidentiel de 2007 à 2012, cet homme de 72 ans est sorti de sa retraite pour s’opposer à Francisco Guterres. En 2007, Jose Ramos-Horta l’avait emporté avec 69% des voix.

Le pays de 1,3 million d’habitants subit toujours les conséquences de la pandémie de Covid-19 sur son économie. Selon la Banque mondiale, 42% de la population vit dans la pauvreté.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires