Fusillade en Belgique: «Le tireur a tué de près et s'est enfui»
Actualisé

Fusillade en Belgique«Le tireur a tué de près et s'est enfui»

Une juge de paix et un greffier ont été tués ce matin lors d'une fusillade dans un bâtiment du Palais de Justice de Bruxelles par un «mécontent».

par
fab

Des coups de feu ont résonné en fin de matinée dans les bâtiments de la Justice de paix à Bruxelles, non loin du Palais de Justice.

La fusillade s'est visiblement déroulée dans une salle d'audience. Elle a fait deux victimes, une juge de paix et son greffier, a déclaré un magistrat de la cour d'appel à l'agence de presse Belga.

«L'homme était à 11h15 dans la salle d'attente lorsqu'il a ouvert le feu sur le magistrat et son greffier qui étaient en plein travail», révèle Rtlinfo.be. Le meurtrier se serait alors enfui à pied et n'aurait pas encore été capturé par les forces de l'ordre, malgré un important dispositif policier. «Une chasse à l'homme a été lancée», précise le site belge.

Une balle dans la tête en pleine audience

Selon Lemonde.fr, le tireur serait un ressortissant albanais. «Il est en fuite mais aurait été blessé», peut-on lire sur le site du quotidien français.

«Le Soir» précise que le tireur a été jugé il y a quelques jours et serait revenu se venger, non content du verdict.

Le quotidien belge révèle en outre que «la juge aurait été tuée d'une balle dans la tête en pleine audience par un 'mécontent' d'une décision de la juge».

Précisions sur le déroulement du drame

Interrogé sur place par la RTBF, le ministre de la Justice Stefaan De Clercq a qualifié cet acte d'«atroce» et de «dramatique». Il a apporté des précisions sur le déroulement des faits: «Une personne est entrée dans la salle d'audience, est restée là un certain temps, puis à la fin de l'audience, elle a tué, de près, et elle s'est enfuie.»

Le ministre a assuré que tout est mis en œuvre pour retrouver le fuyard et précisé qu'il y a des témoins de la fusillade. Concernant les victimes, Stefaan De Clercq a déclaré que «la juge de paix était une femme avec un curriculum excellent.»

«Sécuriser chaque salle d'audience est impossible»

Contacté également par Rtlinfo, le ministre de la justice a fait part de son indignation assurant qu'il va «continuer dans la lutte contre cette criminalité inacceptable à Bruxelles».

Ce drame se produit en pleine polémique belge sur la sécurité des salles d'audience. Cela pousse Stefaan De Clercq a faire une mise au point : «Sécuriser chaque salle d'audience où les juges de Paix travaillent, est impossible. Devoir mettre un policier dans chaque salle d'audience est, en soi, inacceptable (...) Ce n'est pas en apportant plus des sécurisation dans ces bâtiments que nous allons résoudre ce problème.»

Le porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles s'est refusé à tout commentaire. (fab/afp)

Ton opinion