Fusillade en Californie: Le tireur postait sur Instagram durant la tuerie
Publié

Fusillade en CalifornieLe tireur postait sur Instagram durant la tuerie

Au beau milieu de son massacre perpétré mercredi dernier dans le Borderline Bar and Grill à Thousand Oaks, Ian David Long s'est connecté sur les réseaux sociaux.

par
joc

Quelques minutes après avoir ouvert le feu dans le bar de Thousand Oaks (Californie) mercredi dernier, Ian David Long a sorti son téléphone et s'est connecté à Instagram. «C'est vraiment dommage, je ne pourrai pas voir toutes les raisons illogiques et pathétiques que les gens mettront dans ma bouche pour expliquer pourquoi j'ai fait ça», a écrit l'ex-militaire de 28 ans, selon ABC News.

Avant de continuer son massacre, le jeune homme a confessé: «Le fait est que je n'avais aucune raison de le faire, et je me suis juste dit: la vie est tellement ennuyante, alors pourquoi pas?» Quelques minutes plus tard, alors que des victimes gisaient déjà dans leur sang, Long s'est fendu d'une tirade sur Facebook: «J'espère que les gens me traiteront de fou... (emojis morts de rire)... ne serait-ce pas le comble de l'ironie? Oui, je suis fou, mais la seule chose que vous autres faites après ces fusillades, c'est «espoirs et prières», ou «tu resteras dans mes pensées»... à chaque fois... et vous vous demandez pourquoi cela continue d'arriver.»

Fusillade en Californie: la police boucle la zone

La police boucle la zone autour d'un bar-discothèque de musique country du sud de la Californie où un homme armé a ouvert le feu, tuant une douzaine de personnes.

En plus de ces posts, l'ex-militaire s'est filmé en train de tirer dans une foule majoritairement composée d'étudiants. Ces publications ont été découvertes après le suicide du jeune homme, survenu avant que les forces spéciales n'entrent dans le bâtiment. Tous les comptes et profils que Long tenait sur les réseaux sociaux ont depuis été supprimés. Les autorités tentent toujours de comprendre les motivations du tueur, qui a abattu 12 personnes. Ils essaient notamment de déterminer si Long pensait que son ex-petite amie se trouverait dans ce bar.

L'ex-militaire (2008 à 2013) avait servi dans le corps d'élite des Marines et notamment été déployé en Afghanistan durant sept mois. Il était connu des services de police et de ses voisins pour des troubles psychiques, et un spécialiste l'ayant examiné en avril dernier a évoqué la piste d'un trouble de stress post-traumatique (TSPT). Les autorités n'ont cependant pas confirmé que l'état mental du tireur avait joué un rôle dans ce drame.

Ton opinion