Halle occupée à Renens (VD): Le torchon brûle entre les TL et les migrants
Actualisé

Halle occupée à Renens (VD)Le torchon brûle entre les TL et les migrants

Des soucis répétés ont été constatés dans le bâtiment mis à disposition par les TL. La compagnie a adressé un dernier avertissement au collectif qui l'occupe.

par
Francesco Brienza

Le message est clair: au prochain débordement, le contrat de confiance qui unit les Transports publics lausannois (TL) au collectif Jean Dutoit sera rompu, avant son échéance. Une mise en demeure écrite a été adressée aux migrants logés dans la halle TL de Renens en décembre dernier. La faute à des problèmes récurrents constatés par la compagnie. «Aujourd'hui, la confiance est entamée, indique sa porte-parole Valérie Maire. Nous avons constaté de nombreuses dégradations matérielles et nous avons eu connaissance que le nombre impératif maximal de personnes pouvant être hébergées, à savoir 70 personnes, comme stipulé dans le contrat, serait par moment largement dépassé.» Pour des raisons de sécurité, les TL ne peuvent pas se permettre de laisser cette situation perdurer. Par ailleurs, une bagarre à l'intérieur du bâtiment a nécessité l'intervention de la police, à la mi-décembre.

C'est dans ce contexte tendu que le collectif Jean Dutoit organise mercredi après-midi une marche pacifique à Lausanne pour dénoncer le harcèlement policier dont ses membres seraient victimes depuis plusieurs semaines. «La police nous a informés qu'elle a effectivement intensifié ses contrôles aux abords du bâtiment», précise Valérie Maire. Mais selon les migrants, ces contrôles sont accompagnés de «fouilles humiliantes» dans la rue et même de «passages à tabac». Le contrat de confiance signé en octobre dernier prévoit que la halle reste à disposition du collectif jusqu'au 31 mars 2016.

Ton opinion