France voisine: Le tourisme d’achat reste possible avec une attestation
Publié

France voisineLe tourisme d’achat reste possible avec une attestation

Le Département de la Haute-Savoie a précisé les modalités du confinement français à destination des résidents étrangers. Les Suisses seront soumis aux mêmes règles que les Français.

par
Maria Pineiro
Les Suisses pourront continuer d’aller faire leurs courses en France, malgré le confinement. 

Les Suisses pourront continuer d’aller faire leurs courses en France, malgré le confinement.

KEYSTONE

Peut-on encore aller faire ses courses de l’autre côté de la frontière, aller voir son dentiste ou se balader? Ces questions, beaucoup de Suisses se les posent depuis que le président Emmanuel Macron a annoncé le confinement en France dès vendredi. Après la publication du décret jeudi, les administrations ont planché et clarifié les règles. Par voie de communiqué, la préfecture de Haute-Savoie a indiqué vendredi matin que les frontaliers pourront continuer de se rendre sur leur lieu de travail.

Les frontières restant ouvertes, les résidents suisses seront soumis aux mêmes règles que les Français une fois sur le territoire hexagonal: l’attestation sera obligatoire pour tous. Ainsi, si les loisirs ne sont pas envisageables, ou alors dans un rayon de un kilomètre maximum, les déplacements pour motifs professionnels ou de formation sont possibles. Les Suisses peuvent également aller en France pour faire des achats de biens de première nécessité, les consultations ou soins qui ne peuvent s’effectuer à distance et l’achat de médicaments. Les Helvètes pourront également se déplacer en France pour des motifs familiaux impérieux , la garde d’enfants ou pour porter assistance à des personnes vulnérables et précaires. Les convocations de la justice ou de l’administration constituent aussi un motif valable de déplacement. Par contre, se rendre dans sa résidence secondaire n’est pas autorisé.

Attention toutefois, Français comme étrangers devront se munir d’une attestation dûment remplie, sous peine d’amende. Selon plusieurs médias français, il n’y a plus de couvre feu.

Ton opinion

779 commentaires