Actualisé

Environnement Le tourisme plonge Bali dans une crise de l'eau

Des recherches réalisées par de la Fondation IDEP démontrent que l'île indonésienne connaît une pénurie d'eau propre.

par
juu/lhu
1 / 8
Les apparences sont parfois trompeuses. Bali, le paradis des vacanciers, est en crise.

Les apparences sont parfois trompeuses. Bali, le paradis des vacanciers, est en crise.

iStock/Swissmediavision
Selon les résultats de la recherche de la Fondation IDEP, l'île indonésienne fait face à un manque d'eau propre.

Selon les résultats de la recherche de la Fondation IDEP, l'île indonésienne fait face à un manque d'eau propre.

iStock/Andrey Danilovich
Selon l'IDEP, le niveau de la nappe phréatique a chuté de plus de 50 mètres ces dernières années. L'eau potable est ainsi polluée par l'eau de mer.

Selon l'IDEP, le niveau de la nappe phréatique a chuté de plus de 50 mètres ces dernières années. L'eau potable est ainsi polluée par l'eau de mer.

iStock/Nikola Stojadinovic

Bali, une destination de rêve très prisée par les vacanciers. Si cette activité touristique fait vivre une partie des habitants, il y a néanmoins un prix à payer. L'île indonésienne connaît actuellement une crise de l'eau. Selon les recherches de l'IDEP, une fondation locale qui se concentre sur le développement durable à Bali, cette dernière souffre d'un manque d'eau propre. Le niveau de la nappe phréatique a chuté de plus de 50 mètres. Résultat: contaminée par l'eau de mer, la qualité l'«eau propre» se détériore révèle la Deutsche Welle.

Outre le manque de réglementation en matière de contrôle, le tourisme excessif est cité comme principale raison. D'après les études de l'IDEP, 65 % des ressources hydriques sont utilisées pour des services touristiques tels que les piscines des hôtels. En 2018, près de 16 millions de touristes se sont rendus sur l'île.

Plus de 200 jours sans pluie

Dans certaines régions,il n' a pas plu depuis plus de 200 jours.

Selon Dewie Anggraini, responsable de la collecte de fonds et de la communication de la Fondation IDEP, cette année, la saison des pluies, qui devait commencer en octobre, ne s'est pas non plus concrétisée. Cette longue sécheresse aurait également contribué au manque d'approvisionnement en eau.

C'est aussi «parce qu'il y a du tourisme que l'eau vient à manquer plus rapidement», confie le responsable de la Fondation IDEP à la Deutsche Welle.

Les conséquences de la crise de l'eau

Les agriculteurs sont particulièrement touchés par la situation. Selon l'IDEP, Subak, le système d'irrigation agricole de Bali, ne peut plus être utilisé. Les sources d'eau sont probablement déjà sèches. En conséquence, le prix de l'eau pour la population a augmenté.

La solution de Dewie Anggraini: un contrôle plus strict de la demande en eau. «Dans les régions qui connaissent déjà une crise de l'eau, il est préférable d'arrêter le développement des hôtels.» Toutefois, le gouvernement doit prendre des mesures pour y parvenir.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!