Coronavirus: Le tourisme s'effondre, certains en profitent
Actualisé

CoronavirusLe tourisme s'effondre, certains en profitent

Alors que les compagnies interrompent leurs vols, que des frontières se ferment et que les prix chutent, d'aucuns en profitent pour réserver des voyages par chers.

par
rmf
AFP/Andreas Solaro

On dit que chaque crise crée des opportunités. Depuis que, coronavirus oblige, la plupart des pays se mettent à tourner au ralenti et renforcent les restrictions aux frontières, les prix de l'hôtellerie et de l'aviation ont chuté. Actuellement, un aller-retour pour Buenos Aires ne coûte par exemple que 500 francs.

Or, au milieu de tous les voyageurs qui voient leur vol annulé ou leur pays de destination mettre en place des mesures, certaines personnes comptent bien profiter de la situation pour aller visiter le monde sans une foule de touristes et à bas prix. Pour certains, il s'agit simplement de maintenir un voyage déjà prévu.

«Je pars chaque année en Australie. Je ne compte pas annuler mon déplacement, explique par exemple Nicola, 22 ans. Mais cette année mon vol coûte à peu près un tiers de moins que d'habitude. Et de nombreux lieux touristiques promettent d'être beaucoup plus accessibles.»

Pour d'autres, la démarche va même plus loin. «Je voulais partir depuis longtemps, mais là c'est particulièrement propice, se réjouit José, 31 ans. Je vais bien profiter, j'ai réservé en Europe de l'Est et en Scandinavie. Les hôtels sont à moitié prix. J'ai même une escale à Venise. Si mon Flixbus n'est pas annulé, je ne vois pas de raison de ne pas y aller.» Pour le jeune homme, pas question de céder à la paranoïa. S'il compte bien prendre des précautions, comme utiliser un masque et des gants ainsi qu'éviter de s'approcher de personnes à risques, il ne compte pas changer ses projets.

Certains pays se barricadent

Actuellement, le Département des affaires étrangères ne définit plus de zones à risque, et ne restreint pas les voyages hors des frontières. Mais certains pays, comme la Russie, placent automatiquement les arrivants à risque en quarantaine; d'autres, comme les Etats-Unis et l'Inde, interdisent carrément toute entrée pour certains ressortissants. En outre, les recommandations évoluent très vite. Il n'est donc pas garanti qu'il soit possible de ressortir d'un pays après y être entré.

Ton opinion