Vaud – Le trafiquant sexagénaire aura un régime alimentaire spécial

Publié

VaudLe trafiquant sexagénaire aura un régime alimentaire spécial

Un homme diabétique placé en détention après avoir importé 13 kg de drogue a obtenu gain de cause en justice.

L’Établissement pénitentiaire de la Plaine de l'Orbe.

L’Établissement pénitentiaire de la Plaine de l'Orbe.

24heures

Un Bosnien âgé de 67 ans est accusé d’avoir importé près de 13 kilos de stups, dont deux de cocaïne et cinq de MDMA, ainsi que de la méthamphétamine et du cannabis. Arrêté à Bâle en février 2020, il comparaîtra devant le Tribunal criminel de Lausanne en janvier.

En attendant, l’homme est en prison, à Orbe, et dit mal supporter la vie carcérale. Souffrant d’un diabète de type 2, il se voit imposer un régime alimentaire qui ne lui convient pas. «Un traitement inhumain et dégradant», car il doit partager les mêmes plats que ses codétenus et ne peut manger les aliments forts en glucides qui lui sont servis, ou alors seulement en petites quantités. Le sexagénaire s’est donc plaint d’une «prise en charge défaillante de son diabète» et a réclamé une expertise par un médecin neutre.

Saisi par son avocat, le Tribunal des mesures de contrainte s’est déclaré incompétent pour examiner cette question de régime alimentaire spécial. Cette problématique est de la compétence du service de médecine pénitentiaire, lui a-t-on signifié.

Entendu par les juges

L’affaire a été transmise au Tribunal cantonal. Ses juges ont en revanche entendu le prisonnier. Ils rappellent que le règlement prévoit un «régime alimentaire équilibré couvrant les besoins des détenus en fonction de leur âge, sexe, santé et nature de leur travail en détention». Le diabétique devrait voir ses repas modifiés durant sa détention, qui pourrait être très longue.

(chu)

Ton opinion