Yverdon - tribunal: Le tueur faisait le salut nazi
Actualisé

Yverdon - tribunalLe tueur faisait le salut nazi

Le procès pour meurtre d'une prostituée s'est ouvert mardi, à Yverdon-les-Bains (VD). Selon l'avocate de la partie civile, l'accusé, un Suisse de 20 ans, est un fan du IIIe Reich.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye

Quand le président du Tribunal d'Yverdon-les-Bains (VD) a commencé à décrire, mardi, les circonstances dans lesquelles une prostituée dominicaine de 45 ans a été assassinée, les deux enfants de la victime se sont mis à pleurer. Veste noire et pull à col roulé de même couleur, l'assassin, un Suisse de 20 ans qui a avoué son crime, baisse la tête et croise les mains.

«J'ai le dégoût de moi-même»

Dans la soirée du 30 avril 2011, fauché sur le plan financier et assailli par des pulsions sexuelles, le mécanicien en formation s'était rendu d'abord dans un salon de massage de la rue des Bergières, à Lausanne. La prestation lui avait été refusée par une prostituée, car le solde de sa carte bancaire était déficitaire. Il s'est alors déplacé à Yverdon-les-Bains (VD) où il avait recouru, quelques semaines plus tôt, aux prestations d'une femme exerçant le plus vieux métier du monde.

Il a sonné directement au troisième étage d'un immeuble entièrement occupé par des professionnels (hommes et femmes) du sexe. Quand la prostituée ouvre la porte, elle passera rapidement de vie à trépas. Dans des circonstances abjectes. Interrogé sur ce qu'il ressentait, l'accusé a déclaré: «J'ai le dégoût de moi-même.»

Actes sexuels sur un cadavre

Selon le médecin légiste, «il y a vraisemblablement eu des actes d'ordre sexuel sur le cadavre de la victime». Le spécialiste a affirmé que la mort de la quadragénaire pouvait avoir été causée par «une asphyxie et une lésion cérébrale». Quant à l'expert psychiatrique, il a signalé n'avoir décelé aucun trouble mental chez le meurtrier.

Citant des proches de l'accusé, Me Isabelle Jaques, avocate de la partie civile, a signalé que le jeune suisse était attiré par le milieu nazi. Dans un procès-verbal d'audition, la mère de l'ex-amie de l'accusé a signalé que le meurtrier faisait le salut nazi chez elle. L'audience reprend mercredi matin avec les plaidoiries et le réquisitoire du ministère public.

Salle trop petite

La salle d'audience s'est avérée trop étroite pour contenir tous les journalistes présents, mardi, au procès.

Ton opinion