Drame à Würenlingen (AG): Le tueur s'était brouillé avec ses voisins
Actualisé

Drame à Würenlingen (AG)Le tueur s'était brouillé avec ses voisins

L'homme qui a exécuté sa belle-famille, samedi à Würenlingen (AG), habitait à Reichenburg (SZ). Les relations avec ses voisins n'étaient pas au beau fixe.

par
lüs/ros/vf/ofu
1 / 6
19.05 Le voisin de la belle famille du tueur de Würenlingen (AG) ne serait pas mort par hasard, affirment des proches interrogés par «Blick».

19.05 Le voisin de la belle famille du tueur de Würenlingen (AG) ne serait pas mort par hasard, affirment des proches interrogés par «Blick».

DR
15.05 14 coups de feu ont été tirés: le déroulement du drame de Würenlingen (AG) a pu être reconstitué par les enquêteurs. Les motivations du tueur restent floues, même si la famille se disputait en raison d'un héritage.

15.05 14 coups de feu ont été tirés: le déroulement du drame de Würenlingen (AG) a pu être reconstitué par les enquêteurs. Les motivations du tueur restent floues, même si la famille se disputait en raison d'un héritage.

Les faits se sont déroulés tard samedi soir. Des voisins ont entendu des coups de feu peu après 23h et ont alarmé la police.

Les faits se sont déroulés tard samedi soir. Des voisins ont entendu des coups de feu peu après 23h et ont alarmé la police.

20 Minuten/ann

Un père de famille de 36 ans a abattu son beau-père de 58 ans, sa belle-mère de 57 ans, son beau-frère de 32 ans ainsi qu'un voisin de ces derniers avant de se donner la mort, samedi à Würenlingen (AG). «La scène de crime était effroyable. Les victimes ont été littéralement exécutées», a déclaré ce week-end un porte-parole de la police argovienne. Le tueur était connu des forces de l'ordre pour menaces et voies de fait.

Selon des recherches effectuées par «20 Minuten», le trentenaire - qui vivait à Reichenburg (SZ) - ne s'entendait pas avec ses voisins. L'un d'entre eux affirme que le Suisse avait menacé plusieurs habitants de son immeuble. Selon lui, le tueur ne travaillait pas. Il souffrait d'un burn-out et prenait des médicaments. Interrogés par nos collègues alémaniques, ses voisins se rappellent également la perquisition menée le 2 avril dernier au domicile du trentenaire. Il avait alors été emmené au poste par les forces de l'ordre qui le soupçonnaient d'avoir des armes chez lui. Ses trois enfants avaient été pris en charge par l'autorité de protection de l'enfant compétente. La mère, elle, n'a plus jamais été revue à Reichenburg après ces faits.

Pas sous surveillance au moment des faits

La police s'était intéressée la première fois au tueur en 2007 pour une histoire de lésions corporelles. En 2012, les forces de l'ordre avaient enregistré une plainte d'une personne qui s'était fait menacer par le Suisse. Cette année-là, le trentenaire avait été placé à des fins d'assistance parce que les autorités pensaient qu'il représentait une menace pour son entourage. Dans ces cas-là, les personnes se retrouvent normalement dans une clinique psychiatrique pour une période déterminée. On ignore si tel était le cas pour le tueur. Tout ce qu'on sait, écrit lundi l'«Aargauer Zeitung», c'est que l'homme n'était pas sous surveillance au moment des faits. Il n'était pas recherché par la police et ne s'était pas échappé d'une quelconque institution.

Pour le moment, les motifs de l'auteur du crime sont inconnus. Selon Tele Züri, une dispute concernant un héritage, un chalet situé dans le canton de Glaris, serait à la base du bain de sang. Une information qui n'a pas été confirmée par les responsables de l'enquête. Pour la police, il s'agit d'un drame relationnel. Le Ministère public a ouvert une procédure pour homicides. La police argovienne a annoncé lundi qu'elle poursuivait son enquête.

Village maudit

Würenlingen a déjà été le théâtre d'un assassinat multiple. Le 13 décembre 1985, un agent immobilier avait abattu l'amant de sa compagne ainsi que deux prostituées. Le crime s'était produit à quelques centaines de mètres de celui qui s'est déroulé maintenant. Le meurtrier avait écopé de 20 ans de prison.

Ton opinion