Santé - Le vaccin donne du fil à retordre aux radiologues
Publié

SantéLe vaccin donne du fil à retordre aux radiologues

Un gonflement des ganglions après l’injection peut fausser les résultats d’examens mammaires. Des effets attendus, rassurent les médecins.

par
Maria Pineiro
Vaccinée ou pas, il ne faut pas renoncer à se faire examiner, insistent les médecins.

Vaccinée ou pas, il ne faut pas renoncer à se faire examiner, insistent les médecins.

Getty Images

«La vaccination Covid-19 nous complique la vie», reconnaît le Dr Jean-Yves Meuwly, médecin-chef du service de radiologie au CHUV. Si fatigue, frissons ou fièvre sont connus comme effets secondaires de l’inoculation, celle-ci induit une réponse immunitaire qui se traduit notamment par une augmentation des ganglions. «Il s’agit d’une réaction locale, attendue après une vaccination, qui concerne la zone des aisselles ou du cou et qui peut perdurer jusqu’à six ou sept semaines», spécifie le Dr Alexandre Bodmer, médecin adjoint en oncogynécologie aux HUG. Or, des ganglions gonflés peuvent signaler un cancer du sein.

Effets secondaires de masse

Qui dit campagne de masse dit également effets secondaires de masse. «Le phénomène est fréquent, il nous avait fortement interpellés au début des vaccinations», souligne le Dr Meuwly. Selon son confrère genevois, «on voit 10 à 15% de plus de ganglions gonflés». D’après Diomidis Botsikas, médecin adjoint en radiologie gynécologique aux HUG, lors de certains examens, l’incidence peut monter jusqu’à 40% et persister jusqu’à 7-10 semaines.

Résultats faussés

Des chiffres qui faussent l’analyse de la progression du mal si un cancer est avéré et qui instillent le doute lors d’un simple contrôle. «Les premières études recommandaient de reprogrammer un nouvel examen après quelques semaines», explique le Dr Botsikas. Depuis quelques jours, ce n’est plus systématique, mais à l’appréciation du médecin. «Quoi, qu’il en soit, il faut annoncer son vaccin avant l’examen.»

Informer son médecin

Pour éviter toute confusion et faciliter l’interprétation des examens, les praticiens recommandent aux femmes agendant un contrôle de routine de le prévoir avant la vaccination ou de le repousser quatre à six semaines après avoir reçu la deuxième dose. Quoi qu’il en soit, «il faut toujours informer le médecin si on a eu le vaccin», insiste Diomidis Botsikas qui se veut néanmoins rassurant. «La présence de ganglions gonflés, parfois douloureux, après la vaccination, ne doit pas être une source d’angoisse. Il s’agit d’une réaction normale».

Ton opinion

55 commentaires