Suisse - Pour l'OFSP, le vaccin ne protège plus 6 mois, mais «au moins 12»
Publié

SuissePour l'OFSP, le vaccin ne protège plus 6 mois, mais «au moins 12»

La validité des Certificats Covid devrait être rallongée. Par ailleurs, il ne sera pas nécessaire de faire de rappels de vaccin avant l’année prochaine au minimum.

par
Yannick Weber
Les autorités surveillent attentivement l’expansion du variant Delta en Suisse, tout en se montrant rassurantes. 

Les autorités surveillent attentivement l’expansion du variant Delta en Suisse, tout en se montrant rassurantes.

OFSP

Bonne nouvelle pour les personnes vaccinées: de nouvelles données permettent à l’OFSP de conclure au fait que les vaccins protègent «au moins 12 mois», a annoncé Virginie Masserey, cheffe de la section Contrôle des infections à l’OFSP. C’est la Commission fédérale pour la vaccination qui a arrêté le chiffre.

Près d’un million de certificats

La nouvelle pourrait rassurer les personnes qui avaient été les premières à se faire vacciner, il y a 6 mois. «On ne s’attend pas à ce qu’il soit nécessaire de faire des rappels, au moins avant 2022», a également noté Virginie Masserey. De plus, cette nouvelle durée devrait logiquement rallonger celle des Certificats Covid.

Ceux-ci, d’ailleurs, sont de plus en plus nombreux à mesure que les cantons parviennent à les délivrer. Selon les chiffres publiés aujourd’hui par l’OFSP, ce sont déjà près de 900’000 certificats qui ont été créés.

La situation est bonne

Le taux d’incidence en Suisse a désormais baissé à 60, «c’est-à-dire le taux que nous avions fixé comme référence pour déterminer si un pays était considéré comme à risque», a rappelé Virginie Masserey, qui a noté qu’il n’y avait «plus que» 88 patients Covid aux soins intensifs en Suisse. «Cela fait longtemps que nous n’avions plus été aussi bas. Les ouvertures du 31 mai n’ont pas eu d’effets négatifs à ce jour», a-t-elle noté. Rudolf Hauri, le président des médecins cantonaux, s’est lui aussi montré optimiste. «Nous voulons tous un bel été et un automne stable. Les choses se présentent bien pour cela», a-t-il dit. La vaccination continue d’aller en accélérant. Mais, comme l’a noté Virginie Masserey, de plus en plus de places sont disponibles dans les centres. «Cela ne veut pas dire que la volonté de se faire vacciner diminue, mais que les capacités des cantons se sont grandement renforcées», dit-elle.

Le Delta menace

Parmi les chiffres communiqués quotidiennement par l’OFSP, l’un interpelle. C’est la proportion de variants parmi les cas détectés et séquencés. Lundi, le variant Delta (indien) représentait 1,5% des infections. Mardi, le taux avait bondi à 4.9%. «On est très attentifs à cela. Les courbes peuvent fluctuer et il nous faut voir ce qu’il en sera de celle-ci», a dit Virginie Masserey.

Lundi, le Royaume-Uni a d’ailleurs repoussé sa dernière étape de réouvertures à cause de la forte croissance des infections au variant Delta, qui y est désormais majoritaire. «En Suisse, et en Europe continentale, ce variant ne s’est pour l’instant pas encore développé aussi fortement», a constaté Jan-Egbert Sturm, vice-président de la Task force scientifique.

Et même s’il devenait majoritaire…

Un peu d’optimisme: une double dose de vaccin protège assez bien contre ce variant. «Même si le variant Delta devenait dominant, son impact pourrait être limité par une bonne couverture vaccinale», déclare Virginie Masserey, qui ne voit «pas de raison», en Suisse, de retarder les réouvertures à ce stade.

À première vue, la forte augmentation de la proportion du variant Delta peut sembler inquiétante… 

À première vue, la forte augmentation de la proportion du variant Delta peut sembler inquiétante…

OFSP
… mais mise en relation avec celle du variant Alpha, on a encore un peu de marge avant qu’il ne devienne majoritaire comme au Royaume-Uni. 

… mais mise en relation avec celle du variant Alpha, on a encore un peu de marge avant qu’il ne devienne majoritaire comme au Royaume-Uni.

OFSP

Ton opinion

164 commentaires