Requérants d'asile: Le Valais a augmenté sa capacité d'accueil

Actualisé

Requérants d'asileLe Valais a augmenté sa capacité d'accueil

Comme tous les cantons suisses, le Valais a dû trouver de nouveaux logements pour faire face à l'augmentation du nombre de requérants d'asile en 2008 et début 2009.

Depuis février, la demande se tasse mais l'évolution reste incertaine.

L'an dernier, le canton a vu le nombre de demandeurs d'asile augmenter de 75 % par rapport à 2007. Dès juillet 2008, il a accueilli en moyenne 65 personnes par mois. Le pic a été atteint en janvier dernier avec 90 demandes d'asile.

Bien qu'importante, cette augmentation n'a pourtant rien d'extraordinaire. «Pendant la guerre des Balkans, le canton enregistrait 30 à 40 arrivées par jour», se souvient Emile Blanc, adjoint du service valaisan de l'Action sociale.

Le canton a pu faire face aux fluctuations grâce à des infrastructures d'accueil adaptées. Jusqu'à ce que le Conseil fédéral décide en 2007 de réduire les capacités d'accueil à 12 000 demandes par année et supprime les contributions aux cantons pour des logements de réserve.

La Confédération devait aménager des hébergements supplémentaires en cas de demandes d'asile en hausse. Mais le moment venu, elle n'a pas pu faire face et n'a pas mis à disposition les locaux de l'armée promis. Elle a alors fait machine arrière et accordé des forfaits aux cantons pour rechercher de nouveaux logements.

500 appartements

«Pour mener à bien cette recherche de nouveaux appartements, le Valais a créé une task force», explique Emile Blanc. Aux 340 places existantes, il s'agissait d'en ajouter une centaine. Un véritable défi en cette période de marché immobilier hypertendu.

Le canton a notamment ouvert une structure de 25 places pour femmes seules et familles avec enfants non scolarisés dans la petite commune des Agettes. Au total, depuis le 31 mars dernier, Le Valais dispose de 345 places en logements collectifs et de 500 appartements répartis dans 50 localités.

Un abri PC en réserve

Mais depuis février dernier, la situation s'est renversée avec respectivement 45 et 40 demandes d'asile pour les deux premiers mois de l'année. Cette baisse est due à divers facteurs. Parmi eux, la coopération de la Suisse avec l'espace Schengen/Dublin depuis décembre dernier.

Cette coopération permet de refouler un requérant d'asile en provenance d'un Etat membre de l'espace. «Dans ce cadre, le Valais a renvoyé vingt-cinq personnes depuis le début de l'année», indique Françoise Gianadda, cheffe du service de la population et des migrations.

«Aujourd'hui, si un nouvel afflux de requérants survenait, nous serions prêts», assure Emile Blanc. Un nouvel établissement collectif est sur les rails et, en cas d'extrême nécessité, un abri PC sera ouvert.

(ats)

Ton opinion