Coronavirus: Le Valais élargit son soutien au secteur des loisirs
Publié

CoronavirusLe Valais élargit son soutien au secteur des loisirs

Le canton a décidé de réévaluer son programme d’aide cantonal et de considérer le secteur des loisirs comme cas de rigueur.

Les fitness, bowlings, escape rooms et autres centres de loisirs valaisans bénéficieront de soutiens supplémentaires aux mêmes conditions que les secteurs du voyage et de l’événementiel. 

Les fitness, bowlings, escape rooms et autres centres de loisirs valaisans bénéficieront de soutiens supplémentaires aux mêmes conditions que les secteurs du voyage et de l’événementiel.

AFP

Bonne nouvelle pour le secteur des loisirs, durement impacté par la pandémie de coronavirus en Valais. Le gouvernement a en effet décidé de réévaluer son programme d’aide et de considérer le secteur des loisirs comme cas de rigueur, fait-il savoir jeudi dans un communiqué Ainsi les fitness, bowlings, escape rooms et autres centres de loisirs bénéficieront de soutiens supplémentaires aux mêmes conditions que les secteurs du voyage et de l’événementiel, avec une contribution aux charges fixes reconnues.

Le canton a pris cette décision à la suite du renforcement des restrictions du Conseil fédéral pour faire face à la pandémie et l’élargissement des critères qui définissent les cas de rigueur, précise-t-il. Le Conseil d’Etat a donc adapté lui aussi ses critères d’octroi de son aide.

Les établissements de loisirs concernés dans le secteur des loisirs ayant déjà déposé une demande auprès du Service de l’économie, du tourisme et de l’innovation (SETI) pour obligation de fermeture dès l’automne 2020 n’ont pas besoin d’entreprendre de nouvelles démarches, précise le canton. Leur dossier sera transféré au Centre de compétences financières (CCF SA) qui prendra contact avec eux pour d’éventuels compléments d’information. Les établissements n’ayant pas encore déposé une demande peuvent transmettre leur dossier complet (information sur www.vs.ch/web/SETI) à covid-19@ccf-valais.ch.

Pour les autres secteurs impactés par la pandémie sans pour autant que leur activité fasse l’objet d’une restriction – comme l’hôtellerie ou les fournisseurs de l’Horeca (hôtellerie, restauration, cafés) -, les réflexions en vue d’une extension de l’aide aux cas de rigueur se poursuivent, précise le canton.

(cht/comm)

Ton opinion