Actualisé 23.03.2016 à 15:16

SuisseLe Valais fait la chasse au gaspillage

Le catalogue de mesures proposées par le gouvernement totalise 90 millions de francs d'économies.

Le président du gouvernement Jacques Melly, mercredi devant la presse.

Le président du gouvernement Jacques Melly, mercredi devant la presse.

photo: Keystone

Le gouvernement valaisan a présenté mercredi son plan pour économiser 90 millions de francs sur les futurs budgets de l'Etat. Le personnel étatique n'en pâtira que peu.

Le gouvernement a fait une véritable chasse au gaspillage, a expliqué son président Jacques Melly mercredi devant la presse. Aucun service n'a été épargné. Aucun effort n'a été négligé. La plus petite économie de la liste de 210 mesures se monte à 1468 francs.

L'exercice n'est pas une sorte de coup unique. Ce sera un processus permanent, a précisé Jacques Melly. L'objectif était d'améliorer les structures de l'Etat, d'optimiser les tâches pour être moins dépensier. Il a été atteint. Le gouvernement a aussi constaté que l'Etat ne procédait pas à des dépenses inconsidérées.

Convaincre le parlement

Le catalogue de mesures proposées totalise 90 millions de francs d'économies. Mais le gouvernement n'a pas toutes les cartes en main. Si 49 millions de francs relèvent de sa compétence, il devra convaincre le Grand Conseil pour le solde qui nécessite la modification de neuf lois et la création d'un nouveau texte.

Le gouvernement est confiant. Il veut présenter son message au parlement pour le mois de juin et espère que les mesures de la compétence du Grand Conseil puissent être appliquées dès le budget 2018.

Des coupes et des entrées

Concrètement, l'exécutif cantonal s'attaque aussi bien aux dépenses qu'aux recettes. Les 90 millions de francs d'économies sont atteints pour 44% grâce à des réductions de dépenses, pour 56% avec des augmentations de recettes.

L'enseignement, la santé, le social, l'économie sont les principales cibles des réductions de dépenses. Il y aura des adaptations de tarifs dans la santé, des réorganisations dans l'enseignement, des réductions de mandats de prestation dans l'économie ou le social.

La diminution de rabais fiscaux et de déductions sont les principales mesures d'augmentation des recettes. Le gouvernement veut aussi supprimer 81,4 postes de travail, dans l'enseignement essentiellement. Mais aucun licenciement n'est prévu, a-t-il précisé.

Le gouvernement a aussi renoncé à demander un effort salarial à la fonction publique. Les syndicats se disent plutôt satisfaits. Il a aussi minimisé les reports de charges vers les communes qui totaliseront 5,8 millions de francs.

Un ensemble équilibré

Au final, Jacques Melly parle d'un paquet équilibré. L'exercice, douloureux, était indispensable. Lié par la loi sur le frein aux dépenses et à l'endettement, le gouvernement doit éponger en trois ans les découverts des exercices 2013 et 2014 qui dépassent 80 millions de francs.

Aux 90 millions du paquet de mesures s'ajoutent l'amélioration, évaluée à 20 millions de francs, des prévisions en matière de recettes fiscales et le gain de 10 millions de francs engrangé avec la restructuration du capital-actions de la banque cantonale valaisanne. Le gouvernement peut, potentiellement, dégager des moyens financiers de 120 millions de francs d'ici 2019. L'objectif est atteint selon Jacques Melly.

Et même si les comptes 2014 seront peut-être meilleurs que prévu, l'embellie ne remet pas en cause le processus d'économie. Les recettes non budgétisées de 80 millions de francs de la BNS amélioreront le résultat, mais il ne saurait être question de compter sur ce genre de recettes imprévisibles pour assainir les finances cantonales. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!