04.11.2020 à 17:02

CoronavirusLe Valais ferme aussi ses établissements publics

Mercredi, le Conseil d’État valaisan a décidé de fermer ses restaurants, bars et autres établissements de ce type. La mesure entre en vigueur dès vendredi à 22 heures.

La fermeture des établissements publics court jusqu’à fin novembre.

La fermeture des établissements publics court jusqu’à fin novembre.

Keystone

Après le Jura, Genève et Neuchâtel, Vaud et Fribourg, le Valais ferment également ses établissements de restauration. Ce nouveau train de mesures entre en vigueur dès vendredi 22h00 et s’applique jusqu’au 30 novembre au moins.

Cafés, restaurants, pubs, brasseries ouvertes occasionnellement, bars (y compris ceux rattachés aux boulangeries, aux stations d’essence et aux gares, aux hôtels et aux campings) seront fermés au public, annonce mercredi le Conseil d’État. Le canton avait déjà serré la vis une première fois il y a deux semaines. Il était alors le premier à agir.

Stabilisation des cas

Depuis, le monde de la nuit ainsi que les lieux de divertissement et de loisirs (cinéma, fitness, piscine) sont fermés. Le port du masque est en outre obligatoire en permanence sur les lieux de travail clos. Suite à ces premières mesures «le nombre de nouvelles infections tend à se stabiliser», écrit l’exécutif. Mais «le Valais fait toujours partie des cantons dénombrant le plus de nouveaux cas au prorata de sa population». Mardi, 303 personnes étaient hospitalisées.

Interviewée sur Canal9, Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du département de la santé a appelé la population valaisanne «à rester chez elle et à restreindre ses contacts». Le Conseil d’État a dû prendre cette décision dans l’urgence pour trois raisons, explique-t-elle.

Trop de mouvements

Premièrement, le Valais compte beaucoup de cas, ensuite, il y a encore trop de mouvements et de rencontres, et enfin, comme les autres cantons ont fermé, «nous craignons un afflux ce week-end», détaille-t-elle à la télé locale.

Selon Esther Waeber-Kalbermatten, la situation n’est pas hors de contrôle, mais il faut prendre ces restrictions au sérieux afin qu’elles soient en vigueur le moins longtemps possible.

Des exceptions

Des exceptions sont néanmoins prévues pour les services de livraison, les marchés, les take-aways ainsi que les cantines sociales à but non lucratif, celles d’entreprises ou scolaires. Les restaurants rattachés aux installations d’un hôtel pourront continuer à servir les clients qui y séjournent. Cela doit toutefois se faire dans le respect des règles sanitaires qui prévalaient jusqu’ici.

Le Conseil d’État annonce également un plan de soutien de 20 millions de francs pour les secteurs économiques particulièrement touchés par les restrictions. Il compte également soutenir les secteurs de l’événementiel et du voyage à la hauteur de 9 millions. Le Grand Conseil se prononcera sur ces sommes lors de sa session en novembre à Martigny.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!