Actualisé

SionLe Valais intensifie la chasse au gaz radioactif

Le Canton doit s'adapter après que l'OMS a abaissé la valeur limite de radon, réputé cancérigène. Mais c'est les privés qui paient.

par
Nicolas Maradan

Bien que méconnu, le radon, gaz naturel radioactif issu de la désintégration de l'uranium, cause chaque année la mort de plus de 200 personnes en Suisse. Il arrive en deuxième position des causes de cancer du poumon. «Il y en a partout. Il s'échappe du sol et s'accumule dans les maisons, spécialement en hiver quand on chauffe plus et qu'on aère moins», explique Firmin Pannatier, du laboratoire cantonal valaisan.

Si le taux moyen de radon avoisine les 20 becquerels par m3, il peut donc vite grimper dans les habitations. Pour cette raison, le 22 septembre, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a fixé la valeur à ne pas dépasser à 100 bq/m3, contre 1000 auparavant. Pour le Valais, particulièrement exposé au même titre que le Jura, le Tessin et les Grisons, cela aura des conséquences, rapporte Rhône FM.

«Nous allons augmenter l'intensité des contrôles. Si les valeurs dépassent la limite, nous pourrions exiger un assainissement», précise Firmin Pannatier. Ces mesures, à la charge des privés, pourraient aller de l'installation d'un système de ventilation jusqu'au bétonnage complet du sous-sol. Onze communes valaisannes sont classées «à risque élevé».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!