Actualisé 28.04.2017 à 13:29

EnergieLe Valais réfléchit à sa consommation de gaz

Le canton a annoncé s'être doté d'une stratégie afin de réduire sa consommation d'énergies fossiles, et plus particulièrement de gaz.

Image prétexte d'une usine en France.

Image prétexte d'une usine en France.

AFP

Après avoir rédigé une stratégie globale sur l'énergie, le canton a approfondi ses réflexions sur le gaz dès août 2014. Un groupe de travail a étudié son rôle dans l'approvisionnement énergétique du canton et a notamment élaboré une première méthodologie testée avec la collaboration de trois communes, a indiqué ce vendredi le service valaisan de l'énergie et des forces hydrauliques (SEFH) dans un communiqué.

«Le gaz est très utilisé en Valais dans les grandes industries. Il s'est aussi de plus en plus substitué au mazout dans les PME et chez les privés», a précisé à l'ats Joël Fournier, adjoint au SEFH.

La stratégie établie par le canton s'adresse avant tout aux communes et aux opérateurs gaziers, qui bénéficieront de recommandations et d'outils mis à leur disposition. Les grands sites industriels suivent, eux, «leur propre stratégie en lien avec les conditions-cadres fédérales».

Energie de transition

Même s'il produit 25% d'émissions de CO2 en moins que le mazout, le gaz naturel reste une énergie fossile qu'il s'agit de réduire, conformément aux objectifs de la Confédération. Energie de transition, son rôle et son développement doit être examiné «en interaction avec les autres ressources et infrastructures énergétiques», relève le canton.

Les communes sont invitées à réfléchir et à planifier avec bon sens leur approvisionnement en déterminant sur le territoire trois secteurs: celui alimenté par un réseau de chaleur à distance utilisant des rejets de chaleur ou des énergies renouvelables telles que le bois ou la géothermie; celui dans lequel le réseau de gaz pourra être développé; et enfin, un secteur sans réseau, dans lequel les énergies renouvelables ne seront pas soumises à la concurrence du gaz.

Cadastre thermique

Le canton leur transmet des objectifs à atteindre, des recommandations, des propositions d'articles de règlement ou encore des outils d'aide à la décision, tels qu'un cadastre thermique. «Les communes sont compétentes en matière d'approvisionnement en énergie et elles n'ont pour l'heure pas l'obligation de procéder à une planification énergétique territoriale», précise Joël Fournier.

Certaines communes ont toutefois déjà pris les devants: Sion a un important projet de chauffage à distance avec l'usine de traitement des ordures du Valais central (UTO), dont l'utilisation des rejets de chaleur contribuera à réduire fortement la consommation de gaz.

Le projet de stratégie sectorielle «gaz» a été remis aux opérateurs gaziers actifs en Valais. «Bien qu'il existe des divergences d'opinions, dans les grandes lignes, ces derniers ont adhéré à la démarche», affirme le canton. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!