Haute écoles: Le Valais tire un bilan positif du e-learning
Publié

Haute écolesLe Valais tire un bilan positif du e-learning

Le semi-confinement a accéléré la digitalisation des outils d’enseignement. Avec un taux d’acceptation élevé, selon une étude.

Le semi-confinement a accéléré la numérisation de l’enseignement.

Le semi-confinement a accéléré la numérisation de l’enseignement.

20min/Taddeo Cerletti

Les hautes écoles valaisannes ont bien géré la transition vers un enseignement à distance, accélérée par la crise de Covid-19. Telle est la conclusion d’une enquête sur le e-learning réalisée au printemps 2020 par le Service des hautes écoles (SHE). Quelque 1645 collaborateurs ou étudiants des hautes écoles ont participé à l’étude, donnant un éclairage plus concret du e-learning tel qu’il a été vécu pendant cette période.

Les résultats montrent une attitude positive face au e-learning de la part des étudiants et des collaborateurs des hautes écoles. Parmi les avantages relevés: une flexibilité plus élevée, la suppression des trajets, la diminution des frais de transport ainsi qu’une meilleure conciliation entre formation, profession et famille.

Difficultés d’assimilation

La fermeture des hautes écoles pendant la pandémie a aussi mis en exergue les limites du e-learning, en particulier pour les cours pratiques. Certaines filières, comme la musique ou la santé, ont ainsi dû très rapidement développer de nouveaux modèles d’enseignement. De plus, de nombreux étudiants ont indiqué avoir moins bien compris la matière enseignée à distance. Le e-learning est également perçu comme plus astreignant et nécessitant davantage d’efforts.

Acceptation du e-learning

Acceptation du e-learning

vs.ch

Les collaborateurs et les étudiants des hautes écoles en Valais présentent en majorité une acceptation élevée ou plutôt élevée du e-learning (voir graphique). Ainsi, plus de 80% des personnes questionnées adoptent une attitude positive face au e-learning. Egalement plus de 80% considèrent comme positives les facilités d’utilisation des outils mis à disposition par la haute école et la flexibilisation par le e-learning. Mais seulement 55% considèrent que l’utilité du e-learning est élevée ou plutôt élevée.

Enfin, plus du 80% des personnes questionnées sont certaines ou assez certaines qu’elles vont continuer à profiter des offres en e-learning. Seulement 3% des personnes questionnées ne désirent en aucun cas recourir au e-learning.

Par ailleurs, la transition vers un enseignement à distance a accéléré de façon extraordinaire le développement de la digitalisation. Dans un laps de temps extrêmement court, les professeurs et étudiants ont accumulé des expériences et acquis de nouvelles compétences qui doivent cependant encore être consolidées, relève le rapport.

(comm/gma)

Ton opinion

18 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Marketing facile

23.02.2021, 15:21

"De plus, de nombreux étudiants ont indiqué avoir moins bien compris la matière enseignée à distance. Le e-learning est également perçu comme plus astreignant et nécessitant davantage d’efforts." Les gens comprennent moins, une réussite donc.

Goîtreux du Valais

23.02.2021, 15:14

Très bons cuisiniers, les Valaisans savent e-learning et e-writing aussi. Oui mais, pas moi.

Juste

23.02.2021, 14:56

pinocchio condamné