Flore: Le Valais valorise les plantes alpines
Actualisé

FloreLe Valais valorise les plantes alpines

Un centre dédié aux plantes alpines et aromatiques ouvrira ses portes vendredi à Conthey pour un coût de plus de 6 millions de francs.

Premier canton suisse dans la production de plantes aromatiques et médicinales, le Valais inaugure vendredi le site PhytoArk à Conthey (VS). Un pôle technologique dédié essentiellement à la valorisation des plantes alpines et premier du genre dans le pays.

Un marché à forte demande

Les plantes aromatiques et médicinales ont la cote. «Le marché actuel est fortement demandeur de produits à haute valeur ajoutée incorporant ce type de plantes dans les domaines notamment de l'alimentation, de la cosmétique, de la phytopharmacie ou encore de la nutrition-santé», a indiqué à l'ats Karine Bourgeois, coordinatrice du projet PhytoArk.

Cet engouement pour les ingrédients naturels représente une opportunité pour le Valais, qui génère près de 70% de la production suisse de plantes aromatiques et médicinales. Actuellement, la plus grande partie de cette production est valorisée hors canton dans des bonbons et des tisanes. PhytoArk espère augmenter la production ainsi que la part dévolue aux produits de haute technologie, comme la cosmétique.

Opérationnel depuis février

Conscient qu'il ne devait pas rater le train de la valorisation des plantes produites en région alpine, le Valais a entamé ses premières réflexions il y a une dizaine d'années. Le projet PhytoArk, initié par la Ville de Sion, a été mis sur les rails en 2009. Il a pu se concrétiser grâce à un partenariat avec le canton via la fondation The Ark, et la commune de Conthey.

«PhytoArk est opérationnel depuis février dernier», relève Karine Bourgeois. Il occupe un bâtiment de 1500 mètres carrés sur le site de recherche Agroscope Changins-Wädenswil à Conthey.

Le bâtiment s'articule en trois espaces distincts. Le premier propose des bureaux, des laboratoires équipés et des espaces communs pour des start-up. A l'heure actuelle, deux jeunes pousses bénéficient des infrastructures proposées, précise Karine Bourgeois. D'autres suivront, avec un roulement chaque deux ou trois ans, a-t-elle précisé.

Le deuxième espace est une plate-forme technologique proposant notamment les équipements et compétences nécessaires pour développer et optimiser les ingrédients naturels. Enfin le dernier espace abrite l'entreprise Alchilab, avec laquelle PhytoArk développe de nombreuses synergies.

Réseau de compétences

L'implantation du PhytoArk sur le site de recherche Agroscope constitue un atout important. Elle permet au site technologique et à ses partenaires de proposer tout un éventail et un réseau de compétences allant de la graine au produit fini, relève Karine Bourgeois.

Le projet PhytoArk a coûté 6,2 millions de francs environ, dont 800'000 pour la plate-forme technologique. Le canton du Valais accorde une subvention de 2 millions de francs, le reste étant assumé par les communes de Sion et de Conthey.

L'actionnariat de PhytoArk SA est partagé entre la commune de Sion (60%), de Conthey (20%) et la Fondation The Ark (20%). (ats)

Ton opinion