Actualisé 17.01.2013 à 12:42

Pôle de la Suisse

Le Valais veut devenir une terre d'énergie

Le canton se dote d'une stratégie énergétique ambitieuse. Diminution des besoins en énergie fossile, stabilisation de la consommation électrique et augmentation de la production sont au programme.

Le canton établit ces objectifs au travers de trois rapports rendus publics jeudi. En matière d'approvisionnement énergétique, ces rapports fixent les objectifs à atteindre et la manière d'y parvenir, a expliqué jeudi à la presse le chef du Département cantonal de l'énergie Jean-Michel Cina.

Pour le gouvernement, il s'agit d'abord de jeter les bases d'une vaste discussion. «Une solution ne peut pas être simplement décrétée», a dit M. Cina. Tous les acteurs doivent être responsabilisés pour partager la même ambition.

Concrètement, la stratégie établie fixe des objectifs pour 2020. Il est vrai que la stratégie fédérale a pour horizon l'année 2050, mais cette date est trop éloignée dans le temps et trop d'inconnues subsistent, a estimé Joël Fournier, chef adjoint du service de l'énergie et des forces hydrauliques.

Barre haut placée

Les objectifs cantonaux visent une réduction de 18,5% de la consommation d'énergie fossile, la stabilisation de la consommation d'électricité et une hausse de 14% de la production d'énergie renouvelable.

La consommation énergétique cantonale actuelle se chiffre à 12'000 gigawattheure (GWh), soit 12 milliards de kilowattheure (KWh) par année, dont 3230 GWh d'électricité. Les combustibles pétrolier représentent 2200 GWh, les carburants pétroliers 2550 GWh et le gaz naturel près de 3000 GWh.

Même si la part des autres énergies est actuellement très faible, le canton y voit un fort potentiel. L'objectif 2020 pour l'énergie éolienne est fixé à quelque 150 GWh correspondant à la production d'une cinquantaine d'éoliennes. Dans le solaire, la production pourrait atteindre 50 à 200 GWh.

Le bilan énergétique du canton en 2020 devrait être réduit de 5%, soit d'environ 600 GWh. Pour y parvenir, le canton suggère de mieux exploiter des ressources indigènes renouvelables, de valoriser des rejets de chaleur ou de privilégier des réseaux de chaleur à distance.

Un défi social

Pour Jean-Michel Cina, le défi ne concerne pas que les autorités, mais l'ensemble de la société. L'Etat peut définir des conditions-cadre, montrer l'exemple, soutenir financièrement. Les rapports estiment à quelque 700 millions de francs les investissements nécessaires pour atteindre ces objectifs.

Le canton y contribuera par son budget ordinaire, a dit M. Cina. Il y aura également des aides fédérales dans certains domaines. Et également la volonté des privés de procéder à des améliorations de leurs installations, de leur logement, que l'Etat peut engendrer par ses aides.

Le canton a déjà mis en consultation l'an dernier un premier rapport concernant les forces hydrauliques. Le Grand Conseil a accepté le décret garantissant les objectifs de cette stratégie. Les trois nouveaux rapports traitent de l'efficacité et de l'approvisionnement énergétique.

Les réflexions menées pour établir ces trois nouveaux rapports sont également intégrées dans le cadre de la consultation sur la stratégie énergétique de la Confédération à l'horizon 2050. La réponse à la procédure de consultation qui se termine à la fin janvier est actuellement en préparation, a précisé M. Cina. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!