Ecologie: Le Valais vise finalement la neutralité carbone d’ici 2040

Publié

EcologieLe Valais vise finalement la neutralité carbone d’ici 2040

Un investissement supplémentaire d’environ 70 millions de francs par an pour 2024-2026 devra compléter les 250 millions déjà investis chaque année pour des politiques climatiques. 

La température moyenne pourrait augmenter de 3°C supplémentaires d’ici 2060, par rapport à la période 1981-2010. Photo d’illustration.

La température moyenne pourrait augmenter de 3°C supplémentaires d’ici 2060, par rapport à la période 1981-2010. Photo d’illustration.

Chantal Dervey

Le canton du Valais est particulièrement touché par le réchauffement climatique sur les régions alpines, et notamment en termes de dangers naturels. Si rien n’est entrepris, la température moyenne pourrait augmenter de 3°C supplémentaires d’ici 2060, par rapport à la période 1981-2010. En été, elle pourrait même atteindre 4,5°C à 5°C de plus. 

Pour y remédier, le Conseil d’Etat a transmis au Grand Conseil le projet de loi sur le climat. Celui-ci doit donner les moyens au canton de tendre vers la neutralité carbone d’ici 2040, soit dix ans plus tôt que ce que prévoyait l’avant-projet, dont les objectifs étaient calqués sur ceux de la Confédération, fait part le Canton jeudi, dans un communiqué. 

La réduction la plus importante possible des émissions de gaz à effet de serre est donc attendue. Certaines, incompressibles, seront compensées par les technologies permettant d’extraire le CO2 de l’atmosphère via les puits de carbone naturels comme les forêts ou les sols, ou des approches techniques. Les communes pourront bénéficier d’un soutien financier et technique, pour s’orienter vers la transition climatique.

Un plan climat

Ce projet de loi donne les moyens financiers au Canton pour mettre en œuvre le Plan climat, qui, lui, sera soumis plus tard au Parlement. Favoriser la mobilité douce, sécuriser l’approvisionnement en eau, accélérer la rénovation des bâtiments et  développer l’énergie solaire, font partie des 80 mesures phares. Il s’agit d’un processus participatif incluant les milieux économiques, les associations citoyennes et de consommateurs, les milieux de la recherche et de la formation, ainsi que les entités territoriales, précise le Canton.

70 millions supplémentaires

Un investissement supplémentaire d’environ 70 millions de francs par an pour la période 2024-2026 devra compléter les 250 millions déjà investis annuellement pour des politiques climatiques. Pour financer les grands projets, le Conseil d'Etat propose de créer une réserve climatique avec une dotation initiale de 150 millions de francs.

(lvb/comm)

Ton opinion

12 commentaires