Actualisé 18.02.2020 à 07:07

FootballLe VAR, star du choc Chelsea - Man United

Battus 2-0 par les Red Devils, les Blues peuvent pester contre l'assistance vidéo. Et plutôt trois fois qu'une.

Twitter

Chelsea voit le podium s'éloigner et sa place en Ligue des Champions menacée après une défaite (2-0) contre Manchester United qui revient à trois points des Blues, lundi, après la 26e journée de Premier League.

Avec 41 points, Chelsea compte désormais 9 longueurs de retard sur Leicester 3e, mais regarde surtout derrière où Tottenham (5e) est revenu à un point, Sheffield United à 2 et Manchester United à 3. Les Londoniens ont prolongé leurs mauvaises habitudes à domicile en concédant une 5e défaite à Stamford Bridge cette saison, alors que les Red Devils, seule équipe à avoir accroché cette saison Liverpool en championnat, a confirmé sa capacité à prendre des points contre les «gros».

Privé de Tammy Abraham au coup d'envoi et, après 10 minutes de jeu, de N'Golo Kanté, sorti en boitant, les hommes de Frank Lampard ont mis beaucoup d'énergie mais pas assez de qualité dans ce match. Ils n'ont ainsi cadré qu'un seul tir sur 16, ratant une grosse occasion en première période à 0-0 par Michy Batshuayi (26e), préféré jusqu'à la 68e minute à Olivier Giroud en pointe.

Trois décisions majeures

Chelsea râlera sans doute contre le VAR pour trois décisions majeures et il aura raison pour deux d'entre elles. D'abord sur un carton rouge qui n'a pas été donné pour un coup de Harry Maguire dans l'entrejambe de Batshuayi (22e) et ensuite sur l'annulation de l'égalisation à 1-1 de Kurt Zouma à la 55e pour une poussette de Cesar Azpilicueta sur un adversaire, alors qu'il avait lui même été poussé dans le dos par Fred.

La troisième décision, l'annulation d'un but d'une tête plongeante d'Olivier Giroud, huit minutes après son entrée, qui les aurait remis à un but des Red Devils, pour une pointe de pied hors-jeu reste contestable vis à vis de l'esprit du sport, mais caractéristique d'une interprétation tatillonne de l'arbitrage vidéo.

Manchester aura, lui, été d'un réalisme clinique, marquant sur ses deux premiers tirs cadrés (sur 3). Deux coups de têtes aussi beaux que différents: le premier décroisé et tout en toucher par Anthony Martial juste avant la pause, après un bon travail d'Aaron Wan-Bissaka sur la droite (1-0, 45e), le second un véritable «coup de casque» de Harry Maguire sur un corner de Bruno Fernandes (2-0, 66e).

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!