02.08.2020 à 09:09

Cyclisme

Le vent crée le trouble après l’étape

Jeudi, le spectacle a eu lieu pendant et après la course, sur le Tour de Burgos.

de
Robin Carrel
DR/Twitter

Lors de la 3e étape du Tour du Burgos, première grande épreuve au calendrier cycliste depuis le retour aux affaires, Remco Evenepoel a fait mal à tout le monde dans la dernière montée du Picon Blanco. Le prodige belge de 20 ans l’a emporté au sommet, malgré la chaleur et un vent à décorner les boeufs.

Comme souvent lors d’arrivées en montagne, les équipes ne peuvent pas aller parquer leur bus près de l’arrivée et les cyclistes sont contraints de redescendre sur leur machine, pour pouvoir aller se reposer et filer à l’hôtel. Jeudi, ceux qui avaient «fait gruppetto» dans les lacets espagnols, ont fini par le payer cher.

Alors que les cadors étaient déjà bien au frais dans le pullman de leur équipe, les sprinters ou ceux qui souhaitaient économiser des forces pour la suite des événements se sont retrouvés face à un vent qui a redoublé de longues minutes après l’arrivée en fanfare d’Evenepoel. Résultat: les pauvres athlètes ont eu toutes les peines du monde ne serait-ce qu’à tenir sur leur machine! Des images impressionnantes.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
5 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Brace Forimpact

02.08.2020 à 10:35

Hahaha... Faire du vélo avec un masque? On aura tout vu! Le masque est un rituel satanique. Celui du double visage accompagné par l'asservissement et le musellement des moutons avec un bâillon! L'homme est né libre... et sans masque.

Paul Émique

02.08.2020 à 09:27

Au moins ils ne manquent pas d’air 😂